En ce moment
 

L'Union Saint-Gilloise affronte le RWDM pour l'histoire: "Ils ne l'espéraient plus, maintenant c'est la réalité"

 
 

L’Union Saint Gilloise est à 90 minutes d’un exploit que les supporters attendent depuis 48 ans.

A 20h45, les Unionistes reçoivent le RWDM, un autre club ancestral du football belge. Les Jaune et Bleu comptent 17 points d’avance sur le second, Seraing, à six matchs du terme. S’il s’impose, l’USG sera champion de D1B et accèdera à l’élite du football belge pour la première fois depuis 1973.

"C’est énorme. 48 ans. Vous imaginez la situation des supporters ? demande Daniel Spreutels, l’administrateur du club. Ils vont vivre un moment merveilleux, 48 ans qu’ils rêvaient de revenir en division 1, je pense qu’ils ne l’espéraient plus vraiment, et maintenant c’est la réalité."

Il y a du vrai dans ce que raconte Daniel Spreutels, les supporters n’ont pas pensé qu’à la montée ces 48 dernières années. Ils ont parfois dû penser à ne pas descendre. "Si on nous avait dit il y a 5-6 ans, on aurait dit ‘jamais de la vie’ parce qu’à ce moment-là c’était la grise mine. Se souvient Kostas, un membre du club de supporter Union Bhoys. Il y a des saisons où se battait pour ne pas descendre en D3 donc ceux qui ont connu ça je pense qu’ils le savourent encore plus même si on ne peut pas être présent au stade."

Cette année, Covid oblige, les supporters de l’Union n’ont pas pu vivre au stade, avec leur équipe, les joies des victoires et de la future montée historique. Une situation "très frustrante" explique Kostas. "Évidemment on est content des résultats mais on ne peut pas en profiter à 100%. Pour nous c’est au stade que ça se passe normalement."

Un (très probable) retour en D1A après 48 ans qui suscite énormément de sympathie, ce qui n’étonne pas Danny Ost, ancien joueur de l’Union qui a passé 16 ans au club. "C’est un club très familial. Tout le monde aime l’Union, il y a très peu de jalousie par rapport à ce club."

Incroyable mais vrai : malgré une absence de 48 ans, l'USG est toujours le 3e club ayant remporté le plus de titres de Champion de Belgique avec 11 couronnes (derrière Anderlecht et le FC Bruges) et dont le dernier sacre remonte à 1935. Après près d’un demi-siècle en dehors de la division 1, la volonté du club est de s’y réinstaller durablement. "Nous ne montons pas en D1A dans l’espoir d’y rester, explique Daniel Spreutels, en réalité l’ambition est beaucoup plus grande. Il y a une volonté de durer. L’Union veut se stabiliser en D1A et dès que ça sera fait il y aura d’autres ambitions."

Seulement, le haut niveau à un coût. Les investissements à faire pour pouvoir accéder administrativement à la D1A sont conséquents. "D’un autre côté, il y a des rentrées financières que vous n’avez pas en D1B notamment au niveau des droits TV, au niveau du public (…) mais tout cela est prévu dans notre budget" rassure l’administrateur du club.

Le matricule 10 semble prêt pour un retour dans la cour des grands et espère pouvoir accueillir en nombres ses supporters le 23 juillet, date de l’ouverture de la saison 2021-2022.


 




 

Vos commentaires