Accueil Actu Magazine Automobile

Des centaines de milliers d'automobilistes impactés: Citroën rappelle massivement des véhicules, voici pourquoi

Un rappel massif de Citroën en Europe lié à une vieille histoire d'airbags défectueux met la marque dans la tourmente, avec des centaines de milliers de clients priés de ne plus utiliser leur véhicule tant qu'il n'est pas réparé.

Le rappel concerne au total 605.772 véhicules Citroën C3 (le modèle le plus vendu de la marque, devant la 2CV) et DS3, vendus entre 2009 et 2019 dans une vingtaine de pays en Europe du Sud, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

"Une vieille affaire"

L'affaire des airbags Takata a éclaté en 2014.

Après plusieurs accidents graves, les autorités américaines avaient confirmé que la détérioration d'un gaz rendait ces airbags potentiellement dangereux, notamment dans les régions à climat chaud et humide.

En cas d'accident, lorsque le coussin gonflable se déclenche, des petites pièces peuvent être projetées et occasionner de graves blessures. 

Des dizaines de millions de voitures de nombreuses marques (Mazda, Ford, Honda, BMW) ont été rappelées depuis pour un changement d'airbags, avec un dernier rappel annoncé par Nissan jeudi.

"C'est une vieille affaire qui a démarré d'abord aux Etats-Unis, Takata nous a dit qu'il n'y avait pas de problème" sur les airbags produits en Europe, a expliqué vendredi le directeur de Citroën Thierry Koskas, sur BFM Business. 

Citroën avait alors lancé une surveillance des airbags en Europe "en procédant à des tests périodiques dans des laboratoires extérieurs", et annoncé une première campagne de rappel aux Etats-Unis fin 2022, puis aux Antilles en 2023. Le constructeur avait provisionné 951 millions d'euros pour ces campagnes.

Mais les rappels sont arrivés trop tard pour éviter les drames. Après plusieurs accidents mortels impliquant des C3, des informations judiciaires ont été ouvertes en Guadeloupe et en Guyane pour "homicides involontaires", selon les parquets locaux.

D'après Grégory Guyard, avocat de plusieurs familles de victimes, "la campagne de rappel a très mal fonctionné, parce que Citroën n'écrivait qu'aux primo-acheteurs". Il accuse le groupe d'avoir connu le problème et "agi au strict minimum" pour "ne pas faire de vagues", a-t-il dit à l'AFP.

La donne a changé en Europe avec de "premiers incidents" en 2023, selon M. Koskas, et des "cas potentiels dans le pourtour méditerranéen", d'après Stellantis, suivis d'un premier rappel discret de véhicules début 2024 et de cette opération plus large mi-mai.

Le remplacement des airbags s'organise depuis dans le réseau de concessionnaires. Stellantis, la maison mère de Citroën, Peugeot et 13 autres marques vont déployer près de 60.000 véhicules de courtoisie tout au long du mois de juin, dont 25.000 en France. 

Cette prise en charge est poussive et bien insuffisante, affirment de nombreux clients, qui veulent reprendre la route au plus vite et être dédommagés pour le danger encouru pendant des années.

Une indemnisation?

"On nous a vendu en 2016 un véhicule dont on savait déjà qu'il était défectueux et dangereux", a témoigné Dimitri Moulin, 52 ans, d'Aigues-Mortes (Gard).

"De nombreux constructeurs ont fait la même chose à l'époque, mais ils ont rappelé les voitures dans les années suivantes. Il faut imaginer que quand on reçoit le courrier, on nous dit qu'il ne faut plus conduire parce qu'il y a un danger de mort!" a-t-il signalé.

Pourtant fan de la marque et petit-fils d'un salarié de Citroën, M. Moulin raconte avoir dû appeler "40 fois par jour" le service client avant que sa voiture ne soit prise en charge. 

Certains clients envisagent une action en justice. Maryse-Hélène Malroux, 52 ans, de Cazères (Haute-Garonne), a lancé un collectif "scandale airbag" sur Facebook.

Après avoir inscrit la DS3 de son fils sur le site de la marque, elle attend depuis plusieurs semaines un coupon à donner au concessionnaire pour qu'il commande l'airbag. Juriste de profession, elle a aussi contacté l'avocat Christophe Lèguevaques, spécialiste des actions collectives, pour décider d'une procédure.

"On réfléchit: est-ce qu'on se contentera d'un petit bonbon, d'une indemnisation pour l'immobilisation du véhicule? Ou faut-il une condamnation, une jurisprudence pour que tous les constructeurs se sentent responsables?" a lancé Mme Malroux.

Le directeur de Citroën a promis vendredi des "améliorations dans les jours et les semaines qui viennent" dans la prise en charge des clients touchés, alors que la marque lance parallèlement en grande pompe la 4e génération de la C3.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Si c'était connu depuis 2024, pourquoi attendre 10 ans pour entreprendre les réparations? Ce qui serait intéressant, serait d'apprendre les raisons invoquées par le constructeur pour justifier ce délai.

    Jean-Luc Rolland
     Répondre