Accueil Actu Régions Hainaut

Une famille sauvée d'un incendie par des voisins à Wanfercée-Baulet: "C'était l'enfer, le feu reprenait à chaque fois", raconte l'un d'entre eux

"Wanfercée-Baulet ce mercredi soir, plusieurs camions de pompiers, des ambulances plus la police dans le village. Que se passe-t-il ?", se demande Cindy via le bouton Alertez-nous. 

Selon notre correspondant RTL INFO Fabian Vanhove, un incendie s'est déclaré dans une habitation de la rue du Baty à Wanfercée-Baulet, dans l'entité de Fleurus. Les pompiers de Sambreville, l'ambulance et le SMUR ont été dépêchés sur place. 

Une maman et ses trois enfants se sont retrouvés coincés par les flammes dans leur maison. Ils ont tenté d'y échapper en montant à l'étage. Alertés par les cris, les voisins d'en face ont sorti une échelle pour faire évacuer la famille par les fenêtres de la façade avant.

La maman a été brûlée au visage et emmenée à l'hôpital des grands brûlés de Loverval. Un des enfants a été intoxiqué par la fumée. Un poêle à bois serait à l'origine de l'incendie. "Il s'agissait d'un petit feu avec des flammes visibles à travers une fenêtre au rez-de-chaussée. Une fois sur place, une femme et trois enfants étaient déjà évacués par des voisins", a précisé la zone de secours Hainaut-Est.

"On faisait une petite fête"

Giacomo est le propriétaire d’une maison voisine. Il est l’un des héros de cette famille: "Nous étions dans le garage, on faisait une petite fête pour la St-Eloi, on était entre amis", conte-il. "Tout à coup, on a entendu des cris, au début on a pensé à une bagarre." Mais une fois à l’extérieur, force a été de constater que non: "J’ai aperçu la maison en feu puis la dame à l’étage qui appelait au secours pour que quelqu’un vienne les aider", explique Giacomo. "De là, j’ai averti mes amis qui étaient présents pour qu’on puisse aller les aider."

Les dix amis ont alors découvert un incendie d’envergure. "C’était l’enfer. Une partie d’entre nous a essayé d’éteindre le feu mais il reprenait à chaque fois (…) Un de mes amis est monté à l’étage pour faire descendre les enfants, un autre les rattrapait, l’adrénaline est venue tout de suite et l’organisation, en deux ou trois mouvements il fallait s’organiser, on a pas perdu de temps, chacun s’est mis à une tâche pour procéder au mieux." Sans cet acte héroïque, le pire aurait pu se produire. 


© FVANHOVE

 
© FVANHOVE
 

À la une

Sélectionné pour vous