Sécheresse: l'indemnisation des agriculteurs va prendre beaucoup de temps

L'IRM, l'institut royal météorologique, a reconnu le caractère exceptionnel de la sécheresse de cet été. Le fond des calamités pourra donc intervenir pour indemniser les agriculteurs qui ont perdu une bonne partie de leurs récoltes. Le problème, c'est que ça va prendre beaucoup temps. Au moins un an.

L’IRM reconnaît le caractère exceptionnel de la sécheresse de cet été sur 252 communes. Il faudra donc indemniser les agriculteurs et le montant risque d’être colossal.

"On va chiffrer le montant des dommages et bien entendu, après, il y aura des décisions individuelles pour chaque exploitant agricole. Cela veut dire qu’il ne faut pas s’attendre à une indemnisation avant le début de l’année prochaine", explique René Collin, le ministre wallon de l’Agriculture.

Tout cela alors que les indemnités pour les phénomènes climatiques de 2017 sont à peine versées. Il faudra donc faire preuve de patience, car la procédure prend du temps.

"Tout rendre dans l’ordre à condition que nous allions chercher un budget suffisant pour que l’indemnité représente à peu près l’équivalent de la perte", précise Etienne Ernoux, le président de la commission productions végétales FWA.

Pour bénéficier d’une intervention du fonds des calamités, l’exploitant doit démontrer une perte de 30 % de sa production et 7.500 euros de dégâts. Une mesure qui dépendra de la Wallonie, mais ce n’est pas tout.

"Il y aura la possibilité par exemple de pouvoir payer des avances supplémentaires au niveau du mois d’octobre concernant les aides de la politique agricole commune européenne", ajoute René Collin.

Si les agriculteurs semblent rassurés, ils précisent tout de même que la sécheresse aura aussi une incidence sur le prix du bétail, ce qui devrait aussi avoir un impact sur la trésorerie des fermes d’élevage

Vos commentaires