En ce moment
 
 

Grand Baromètre: le fossé s'agrandit entre Wallonie et Flandre

 
Grand baromètre
 

Ce n'est pas un phénomène nouveau mais il s'accentue. Le Nord et le Sud du pays s'éloignent toujours davantage, le premier à droite, le second à gauche.

Dans le nouveau Grand Baromètre, réalisé par Ipsos pour RTL INFO et Le Soir, le PTB est le 2ème parti de Wallonie en intentions de vote, une première dans l’histoire de notre sondage politique trimestriel. Si les élections avaient lieu dimanche prochain, 19,1% des Wallons, interrogés entre 25 mai et le 1er juin dernier, ont déclaré qu'ils voteraient pour le Parti des Travailleurs de Belgique, ce qui pousse le MR à la 3ème place. Précision que l’écart entre les deux partis est très faible, 0,4 points, ce qui est bien en-dessous de la marge d’erreur (+ ou - 3,1%), c’est donc un dépassement symbolique.

Dans le même temps, en Flandre, les deux partis nationalistes flamands (Vlaams Belang et N-VA) restent très largement plébiscités par rapport aux autres partis. Le parti d'extrême droite présidé par Tom Van Grieken gagne 2,5 points par rapport à mars et repart sur une dynamique positive après s’être tassé durant toute la durée de l’épidémie. Le parti de Bart de Wever, lui aussi, reprend un peu de couleurs (+1,8 points par rapport à mars).

Pile deux ans après les élections, le fossé politique, entre le Nord et le Sud s’est donc agrandi : en Flandre, la droite et l’extrême droite totalisent ensemble près de 48%. Alors qu’au Sud, c’est au contraire, la gauche et l’extrême gauche, qui séduisent quasi 1 électeur sur deux : 45% pour PS et PTB ensemble.

A Bruxelles, le MR connait en léger mieux et Ecolo est en léger recul lors de cette vague de sondage, ce qui provoque encore un peu plus de regroupement au sein des partis les plus courtisés par l’électeur de la capitale. Ecolo, devant MR, PS et PTB, se tiennent en trois points d’écart à peine, soit largement moins que la marge d’erreur de notre enquête.

Du côté des personnalités, pas de changement sur les podiums des trois régions du pays : en Wallonie et à Bruxelles, Sophie Wilmès (MR) est toujours la plus populaire devant le Premier Ministre Alexander de Croo (Open VLD), et le président du PS Paul Magnette. En Flandre, c’est toujours le Premier Ministre que les sondés veulent voir jouer un rôle en priorité, devant Bart de Wever et Conner Rousseaux, respectivement présidents de la NVA et des socialistes flamands de Vooruit.

Sièges: une majorité séparatiste chez les Flamands à la Chambre contre une quasi majorité de gauche, côté francophone

Si on revotait demain, le Vlaams Belang (25) et N-VA (20) représenteraient, ensemble, la plus grande force politique de la Chambre. Mais surtout, ils occuperaient la majorité des sièges du groupe néerlandophone, de cet hémicycle (45 sièges sur 89 députés).

Face à la droite et l’extrême droite flamingante, on aurait côté francophone avec une quasi majorité PS/PTB : 30 députés ensemble sur les 61 dévolus aux Francophones (18 socialistes et 12 PTB).

La N-VA est le parti qui chuterait le plus (-5 élus) par rapport aux élections. Et c’est le Vlaams Belang (25 élus promis dans notre sondage) qui progresserait le plus (7 élus supplémentaires par rapport aux élections). Les communistes occuperaient 17 places de l’hémicycle. Ensemble, les partis populistes (VB + PTB) totaliseraient 42 élus.

La famille socialiste gagnerait un élu (29), et devancerait les libéraux (24 députés), les écologistes seraient 19, soit 2 députés de moins. La famille centriste perdrait 3 parlementaires.

Si on revotait demain, le gouvernement Vivaldi aurait une majorité un peu plus étriquée à la chambre (81 sièges au lieu de 87 actuellement).

Si de nouvelles élections fédérales avaient lieu dimanche prochain, pour quel parti voteriez-vous ?

WALLONIE

(): résultats lors du sondage précédent en mars

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 869 personnes sur les 992 personnes interrogées en Wallonie (88%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 12% des personnes interrogées. La marge d’erreur théorique maximale est de +-3,3.

PS 24,9 (22,8)

PTB 19,1 (19)
MR 18,7 (20,1)

Ecolo 15 (16,5)

cdH 10,8 (8,7)

DéFi 5,1 (1,9)
Autres 6,4 (9)

grand-baro-int-wal630
 

BRUXELLES

(): résultats lors du sondage précédent en mars

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 458 personnes sur les 523 personnes interrogées à Bruxelles (88%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 12% des personnes interrogées. La marge d’erreur théorique maximale est de +-4,6.

Ecolo 18 (17,9)
MR 17,9 (16,4)
PS 17,6 (16,8)
PTB/PVDA 15 (16)

DéFi 11,1 (11,4)

cdH 5,3 (4)
N-VA 4,1 (2,9)
Vlaams Belang 3,1 (3,2)
Groen 2,8 (2,4)
Open Vld 2,5 (2,8)
...

grand-baro-bxl-inte630

FLANDRE

(): résultats lors du sondage précédent en mars

Les pourcentages sont calculés sur base des répondants qui ont exprimé une intention de vote pour un parti, soit 938 personnes sur les 1002 personnes interrogées en Flandre (94%). Les réponses "ne votera pas", "votera blanc" et "ne veut vraiment pas répondre" représentent 6% des personnes interrogées. La marge d’erreur théorique maximale est de +-3,2.

Vlaams Belang 26,1 (23,6)
N-VA 21,8 (20)

Vooruit (ex sp.a) 12,6 (12,3)
Open Vld 11,4 (12,9)
CD&V 10 (13,2)
Groen 8,3 (8,2)
PVDA 7,8 (8,2)

Autres 2 (1,6)

grand-baro-int-fla630

Palmarès de popularité: la cavale de Conings booste la popularité des protagonistes du dossier 

L’un des faits les plus marquants qui s’est déroulé pendant la période de sondage, c’est la cavale de Jurgen Conings. Parmi les personnalités en vue, dans notre palmarès, celles qui progressent le plus, sont d’ailleurs presque toutes liées à ce dossier : Francken en Flandre, ainsi que tous les membres du Vlaams Belang répertoriés dans notre classement. La ministre de la Défense, Ludivine Dedonder en Wallonie, et la ministre de l’intérieur à Bruxelles.

Voici une série de personnalités politiques. Pour chacune d'elles, voulez-vous indiquer si vous souhaitez la voir jouer un rôle important ou pas dans les prochains mois ?

WALLONIE

1. Sophie Wilmès 1 (1)
2. Alexander De Croo 2 (2)
3. Paul Magnette 3 (3)

BRUXELLES

1. Sophie Wilmès 1 (1)
2. Alexander De Croo 2 (2)
3. Paul Magnette 3 (3)

grand-baro-ppularite-wal-bx630l

FLANDRE

1. Alexander De Croo 1 (1)
2. Bart De Wever 2 (2)
3. Conner Rousseau 3 (4)

grand-baro-popularite-flandre630

Palmarès d'impopularité 

Le leader d’extrême droite Filip Dewinter en Flandre, le duo nationaliste flamand De Wever Francken côté francophone, sont les personnalités qui vous rebutent le plus.

Cotes de confiance du gouvernement

Le gouvernement fédéral ne récolte pas la confiance d’une majorité de Belges, pas plus que les gouvernements régionaux et communautaires dans leurs entités respectives.

Environ 1 tiers des citoyens (36%) font confiance au gouvernement fédéral. Ce chiffre est en très légère baisse depuis la constitution de la coalition de Croo en octobre. Les Bruxellois sont ceux qui sont le plus positifs sur la Vivaldi, les Flamands les plus méfiants.

De tous les gouvernements, le Bruxellois est celui qui s’en sort le mieux, avec un taux de confiance de 42%. Celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles celui qui s’en sort le moins bien.

Concernant les chefs des différents gouvernements, Alexander de Croo est le mieux côté. Plus de la moitié des Belges ont confiance en lui, il est le seul au-dessus de la moyenne, confiance unanime, dans les trois régions du pays.

 




 

Vos commentaires