En ce moment
 
 

Avorter à 18 semaines, "inhumain"? "Non, la maternité forcée, c'est une violence faite aux femmes" (vidéo)

En matière d’avortement, la Belgique possède une législation assez restrictive. Mais cela pourrait changer très bientôt. Le délai légal de l’interruption volontaire de grossesse devrait en effet passer, de 12 à 18 semaines de grossesse. Est-ce nécessaire? Combien de femmes en plus pourraient en bénéficier? Aux Pays-Bas, les femmes qui le souhaitent peuvent déjà avorter jusqu’à 22 semaines. N’est-ce pas un délai trop long?

Avorter à 18 semaine, un acte inhumain pour le phoetus déjà formé? Ou devrait-on plutôt se dire qu'interdire à la femme d'avorter au-delà de 12 semaines est-il un acte de violence envers elle? Les invités présents sur le plateau échangeaient leurs arguments et leurs points de vue. Si certains invités pensaient surtout à la vie de "l'enfant", les autres mettaient en avant celle vie de la femme, sa situation et ses choix faits en âme et conscience.

"Un acte inhumain"

"4 mois et demi de grossesse, sur une grossesse de 9 mois. Nous avons donc un enfant où tout y est: ses yeux, son visage, ses sourcils, ses ongles commencent à pousser", soulève Carine Brochier-Thieffry, directrice de l'Institut européen de bioéthique, une association catholique. "Et on voudrait interrompre la vie de cet enfant. C’est un acte, à mon avis, il me semble, sans porter de jugement sur les femmes, absolument inhumain".

Alessandra Moonens est médecin dans un planning familial en Région bruxelloise et membre du groupe d’Action des Centres Extrahospitaliers Pratiquant l'Avortement (Gacehpa). Elle rencontre régulièrement des femmes qui désirent avorter, mais qu'elle doit diriger vers l'Allemagne ou la Hollande car le délai légal en Belgique est dépassé. En Hollande, le délai légal est fixé à 22 semaines. 

"Je ne veux pas qu’on juge les femmes"

"Moi, ce qui m’intéresse surtout, ce sont les femmes et leur situation. Leur capacité à elles de décider pour elles-mêmes. La vie des femmes est importante. Elles sont là. Elles ont un cadre de vie. Une femme qui décide d’interrompre une grossesse, qui décide d’aller en Hollande pour l’interrompre après le délai de la Belgique des 12 semaines, c’est une femme qui prend la décision que c’est le mieux pour elle-même, dans sa situation. Je ne veux pas qu’on juge les femmes et qu’on trouve les bonnes ou les mauvaises raisons d’interrompre une grossesse."

"C’est une maternité forcée"

Le médecin poursuit: "C’est une maternité forcée. Forcer une femme à mener à bien une grossesse, c’est une violence faite aux femmes. Dépénaliser l’avortement et sortir du code pénal l’avortement, c’est le minimum nécessaire pour parler d’égalité entre hommes et femmes."

Vos commentaires