CGSP et CSC déposent un préavis de grève à la RTBF: "On a le pire du privé et le pire du public"

CGSP et CSC déposent un préavis de grève à la RTBF:

La CGSP et la CSC ont déposé un préavis de grève à la RTBF en vue d'organiser une journée d'actions le 18 septembre, a appris l'agence Belga. Alors que le prochain contrat de gestion de la RTBF est toujours en cours de négociation, les représentants des travailleurs demandent l'instauration d'une politique de nomination du personnel contractuel.

"Cela fait 18 ans que plus personne n'a été engagé sous statut à la RTBF. Aujourd'hui, il n'y a plus aucune cohérence: on a le pire du privé et le pire du public", dénonce, en pleins préparatifs, Bruno Konings, secrétaire de l'interrégionale wallonne de la CGSP-RTBF. "On va se retrouver avec près de la moitié du personnel qui aura passé toute sa carrière à la RTBF et qui sera pauvre en sortant", s'inquiète-t-il.

La politique de la RTBF est d'aboutir au moins d'engagements pérennes possible

Les employés sous contrat cotisent pour une pension du régime privé uniquement depuis 2011. Et, si plus aucun statut n'a été accordé depuis 18 ans, les contrats à durée indéterminée (CDI) sont loin d'être la règle pour autant. "En fait, la politique de la RTBF est d'aboutir au moins d'engagements pérennes possible. La masse salariale est réduite à 1.970 équivalents temps plein en raison de l'enveloppe budgétaire liée au contrat de gestion. Mais chaque jour, plus de 100 intérimaires travaillent à la RTBF via Randstad, une entreprise qui soit dit en passant ne paye quasiment pas d'impôt. Et on recourt à des subterfuges pour que les contrats à durée déterminée ne deviennent pas des CDI de fait. Des gens qui font le même travail se retrouvent avec des situations parfois très différentes. Le personnel aime son boulot et a un niveau de tolérance élevé. Mais beaucoup ne se sentent pas reconnus. Les plus fragiles craquent. Officiellement, la RTBF a retrouvé l'équilibre financier et on pourrait croire que tout va bien. Mais nous ne voulons pas servir d'appartement témoin où on aurait mis la poussière sous le tapis", affirme le représentant du syndicat socialiste.


Une action prévue le 18 septembre

Le 18 septembre prochain, la CGSP et la CSC mèneront ensemble une vaste "action de visibilité" devant le siège du média de service public, boulevard Reyers à Bruxelles. Le personnel sera sensibilisé dès son entrée sur le site puis invité à se rassembler sur le temps de midi. Une conférence de presse sera organisée. Si un préavis de grève a bien été déposé, les travailleurs ne seront pas poussés à se croiser les bras mais ceux des centres régionaux qui veulent participer devront rejoindre la capitale. L'impact sur les émissions à l'antenne est difficile à prévoir, d'après M. Konings.

Cette journée d'actions intervient alors que, depuis début septembre, la RTBF applique une nouvelle méthode de travail transversale avec un pôle "contenus" et un pôle "médias" qui regroupe les différents supports. "Le plan de transformation est en partie tout à fait pertinent. Mais jusqu'ici, son volet social c'est plus de boulot, pas de revalorisation même si on fait plusieurs métiers - de même niveau -, plus de pression", estime le secrétaire syndical. "Le but est d'atteindre 15% de productivité en plus".

Il y a quelques jours, une ex-pigiste de la RTBF a publié en ligne une longue analyse dans laquelle elle s'indigne du récent suicide d'un monteur de la chaîne publique, une information dont elle regrette le traitement comme un fait divers alors qu'un suicide sur le lieu du travail "n'est jamais anodin". "Tout semble être fait, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'entreprise publique, pour qu'aucun lien ne puisse être établi entre la perception des souffrances liées au travail et la conviction que cette souffrance est la conséquence de la politique de gestion", écrit la journaliste anonyme dans son article diffusé sur le site internet "Payknow", nouveau projet médiatique lancé notamment par le créateur de Nordpresse.

Les syndicats regrettent de leur côté de ne pas avoir accès au nombre de suicides (trois entre 2017 et 2018, d'après l'ex-pigiste) et de burn-outs en raison du secret médical et des règles sur la protection des données personnelles. Mais tous les travailleurs connaissent des collègues en détresse, témoignent-ils. "L'action du 18 septembre est centrée sur la question des nominations mais celle-ci conditionne toute la politique de management et de ressources humaines de la RTBF", ajoute Bruno Konings. Au surplus, "garantir des emplois et engager sous statut, c'est aussi permettre aux syndicats de participer aux débats de société sur les missions de la RTBF et ses sources de financement sans craindre des coupes dans le personnel", conclut-il.

Vos commentaires