En ce moment
 
 

David a été sauvé des nazis par un habitant d'Auderghem: grâce à un message sur internet, il a retrouvé les descendants de son sauveur

 
 

C'est une histoire émouvante: David Rossler a retrouvé la famille qui lui a sauvé la vie durant la Seconde Guerre mondiale. Avec sa mère, il a été caché pour échapper à la déportation. Les deux familles se sont ensuite perdues de vue. Elles se retrouvent aujourd'hui grâce à une entreprise active dans la généalogie.

"Eh bien bonjour tout le monde! Ça fait presque 80 ans que je suis parti de la maison", lance David Rossler en février, au moment où il rencontre les descendants de ceux qui l'ont sauvé durant la Seconde Guerre mondiale. Ils lui demandent s'il reconnait les lieux. "La maison oui. Ah oui je reconnais! J'étais là quand les tanks sont rentrés", dit-il en pointant du doigt une partie de l'habitation.

 

En 1944, David s'est caché avec sa mère dans la maison à Auderghem. À l’époque, elle appartenait à Georges Bourlet. Il y vivait avec ses deux filles et ses deux garçons. En 2022 , ce sont les petits-enfants de monsieur Bourlet qui l’accueillent. "Par contre je ne reconnais personne", déclare-t-il sur le ton de l'humour.

Il a tout simplement risqué sa vie

Depuis cette première rencontre, les deux familles se sont rapprochées autour des souvenirs et de l’histoire d’un homme. Nous demandons à David ce que représente pour lui Georges Bourlet. "Ma vie. C'est simple", dit-il. Les larmes lui montent aux yeux. "Je ne serais pas vivant autrement. Ce n'est pas un petit peu. Ses enfants et ses petits-enfants… ses petits-enfants, certainement ne réalisent pas. Il a tout simplement risqué sa vie".

Un message sur les réseaux sociaux porte ses fruits

La rencontre, des décennies plus tard, a été possible grâce au désir de David de retrouver l'homme qui l'a sauvé et de renouer avec une histoire lointaine. Pas seulement pour lui-même, mais aussi pour son fils Lionel. "C'est aussi un travail par rapport à moi-même, à mes enfants, ma famille, mon frère", nous confie Lionel Rossler. "À un moment j'ai jeté une bouteille à la mer sur les réseaux sociaux, sur un groupe d'habitants d'Auderghem. J'ai lancé un message en disant: 'Je recherche les descendants éventuels de la famille Bourlet'".

Le message parvient finalement à Marie, qui lance les recherches. "J'ai trouvé les références d'une dame, qui s'appelait Anne-Marie Bourlet. Qui était née en 1929 à Auderghem, et qui pouvait potentiellement être de la famille recherchée", explique Marie Cappart, responsable en Belgique de la plateforme de généalogie MyHeritage.com.

Marie retrouve la fille de Georges Bourlet et la mère de Xavier. Nous avons interrogé ce dernier. "Heureusement que je me rappelais vaguement que ma mère m'avait parlé une fois ou deux de la situation. Elle m'en avait touché un mot", nous dit-il.

Après cette trouvaille, Marie Cappart organise la rencontre entre les Rossler et les Bourlets dans l'ancienne maison familiale.

Grâce à lui, une famille s'est créée

 

Georges Bourlet, voilà l’homme qui a risqué sa vie pour celles de deux inconnus. Bien entendu, il n’est pas là aujourd’hui pour voir le fruit de ses efforts, mais les effets de son geste sont bien présents. Nous demandons à David ce qu'il voudrait dire à son sauveur. "Que je lui suis reconnaissant. Que grâce à lui, une famille s'est créée, s'est agrandie, et qu'il a fait une très très grande action", nous répond-il.

Bientôt reconnu comme "Juste parmi les nations"?

Aujourd'hui, un nouveau chapitre s’ouvre dans la vie de ces deux familles. Prochaine étape: faire reconnaître Georges Bourlet comme "Juste parmi les nations", un honneur décerné à ceux qui ont tout risqué pour sauver des juifs.


 

Vos commentaires