En ce moment
 

Pourquoi n'y a-t-il pas de boeuf dans certains plats préparés de... boeuf? Michael Miraglia et son équipe ont trouvé l'inquiétante réponse

L’affaire Veviba a frappé la Belgique de plein fouet avec un nouveau scandale lié à la viande qui nous a rappelé le goût amer du scandale "de la lasagne" survenu il y a 5 ans. L’équipe Reporters s’est interrogé: est-il encore possible de trouver de la viande de cheval dans des plats préparés à base de boeuf. Elle a mené une enquête et découvert qu'il n'y avait plus de cheval. Mais... plus de boeuf non plus!

Souvenez-vous, en 2013, un scandale agro-alimentaire éclate: les autorités sanitaires britanniques découvrent de la viande de cheval parmi des steaks de bœuf irlandais. Peu de temps après, une autre affaire est mise en lumière : des carcasses de chevaux contaminées par un médicament interdit ont été vendues en France. C'est alors que la société Findus décide de vérifier la provenance et la nature de ses viandes et y trouve du cheval dans les lasagnes. Celle-ci provient d'un sous-traitant qui se fournit notamment dans une usine en Roumanie qui produirait de la viande de boeuf et de cheval. Les lasagnes sont immédiatement retirées du marché mais l’affaire fait un bruit monstre et soulève beaucoup de questions.


De la viande de boeuf presque sans... boeuf

L’équipe Reporters a voulu vérifier s’il était encore possible de trouver des traces de cheval dans des plats préparés à base de boeuf, cinq ans plus tard. Après enquête, les résultats obtenus se sont avérés surprenants et reflètent une situation pire que celle attendue. Le problème n'est pas la présence d'une éventuelle autre viande que du boeuf dans de la viande de boeuf, mais bien la simple présence de boeuf dans de la viande de boeuf. Car oui, il apparaît que des plats dits "100% bœuf" contiennent parfois peu voire pas du tout de viande de cet animal. Mais alors, par quoi est-elle remplacée? Eh bien, c'est un mystère. Les tests de détection n'ont révélé aucune des origines animales possibles comme le cheval, la chèvre ou même le chat, le chien ou le rat. Alors, quelle est cette viande?

test-viande


De la viande grattée sur les os et nettoyée à l'acide pour la rendre non identifiable

Certains plats contiendraient de la VSM, soit de la viande séparée mécaniquement. Le processus vise à gratter les carcasses d’animaux pour en retirer les derniers bouts de chair et en faire une pâte qui servira pour la préparation de plats. Lorsqu’elle est de volaille ou de porc, cela ne pose aucun problème. Par contre, si elle provient de bœuf, cela est interdit car racler ainsi les os peut mener à des risques, liés notamment à la maladie de la vache folle. Pourtant, certains n’hésitent pas à en utiliser… Mais il y a quand même un peu de boeuf dans cette "pâte", alors pourquoi ne la voit-on pas?. En fait, si aucun ADN n’a été trouvé durant les analyses, c’est parce que, pour éviter toutes infections, elle est nettoyée à l’acide, ce qui endommage la carte d’identité génétique de l’animal qui ne peut plus être identifier..

"Si un jour on repère des personnes qui font de la VSM à base de bœuf, celles-ci auraient probablement quelques jours, semaines ou années à passer en prison parce que c’est vraiment quelque chose que l’on n’accepte pas. La législation interdit purement et simplement l’utilisation du bœuf pour faire de la viande séparée mécaniquement parce que le risque existe si on consomme cette viande de bœuf", explique Jean-Sébastien Walhin, porte-parole de l'Afsca. 

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires