Témoignage d'une accro aux jeux de hasard qui a trouvé le moyen de s'en sortir: "Une fois qu'on est dedans, on ne fait que s'enfoncer"

Ils sont accros aux jeux et ont pris la décision radicale d'être blacklistés. C'est le cas de cette Liégeoise qui a raconté à Vincent Jamoulle et Marc Evrard pour le RTL info 13h comment elle s'en est sortie. En Belgique, plus de 350.000 personnes sont interdites de casino.

Dès qu'elle a eu 21 ans, l'âge minimum pour entrer au casino, Véronique s'est mise à jouer, avec modération, en tout cas au début.

"Je jouais à 50 cents la mise, vraiment petit. Je voyais les autres personnes qui jouaient un peu plus gros, et puis petit à petit, au fil du temps, j'ai augmenté un peu les mises", raconte-t-elle.

Au départ, elle y allait "une ou deux fois par mois", puis le rythme s'est amplifié : "à un moment, c'était tous les jours", confie Véronique.


"J'ai au moins perdu 20 à 30.000 euros"

La Liégeoise était accro aux slots, ces jeux où il faut aligner les mêmes figures. Elle a souvent gagné de l'argent, aussitôt rejoué. "J'ai au moins perdu 20 à 30.000 euros", avoue-t-elle.

C'est la rencontre avec celui qui deviendra son mari qui créée un déclic. Elle s'inscrit elle-même sur la liste des personnes interdites de jeux réels ou virtuels.

"De moi-même, je ne me serais pas faite interdire tout de suite en tout cas, reconnait-elle. Tout seul, je crois qu'une fois qu'on est dedans, se rendre compte, c'est difficile, parce qu'on ne fait que s'enfoncer dedans".


"Je ne dois pas trahir sa confiance"

Entrer dans un casino, ce n'est plus possible. Il lui arrive parfois de craquer et de jouer en ligne sur un compte ouvert au nom de son mari.

"Ce n'est pas dangereux dans le sens où maintenant, j'ai mes limites et je sais ce que je ne dois pas dépasser. Puis j'ai un contrôle de mon mari qui a vue sur tout. Il me fait confiance par rapport à ça donc je ne dois pas trahir sa confiance", raconte l'ancienne accro aux jeux.

Aujourd'hui, l'addiction aux jeux de Véronique a été remplacée par une autre, moins coûteuse : la collection de cochons, particulièrement ceux qui ont une fente dans le dos.

Vos commentaires