En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: pour éviter un reconfinement, les politiques appellent à un respect des mesures

 
CORONAVIRUS
 

De nouvelles restrictions ont été annoncées ce 23 octobre. Couvre-feu élargi, télétravail obligatoire, arrêt du sport, fermeture des lieux culturels... Autant de mesures qui ont été prises dans le but de tenter de limiter la circulation du virus sur notre territoire. L'hypothèse d'un reconfinement, tel que nous l'avons connu en mars dernier, était sur la table. Pourquoi celui-ci n'a pas été décidé? Politiques et experts ont débattu sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche.

Si on arrive à faire respecter ces règles, on va y arriver

De son côté, Emmanuel André indique que les mesures prises sont fortes. "Les mesures qui ont été annoncées sont extrêmement fortes et il faut les respecter. Cette fois-ci, on a, en Belgique francophone, des outils pour infléchir. Si on arrive à faire respecter ces règles, on va y arriver", a-t-il indiqué. Les chiffres le montrent: le nombre de contaminations augmente continuellement. Pour plusieurs experts, la dégradation de la situation pourrait rendre le confinement inévitable. 

"Le confinement c'est se donner un reset (remise à zéro ndlr). Il faut l'utiliser comme un outil pour nous permettre de reprendre le contrôle et non pas un objectif", estime le spécialiste. "On sait qu'un confinement est toujours plus efficace quand on est capable de le prendre plus tôt. C'est aussi plus difficile de le prendre plus tôt car il faut des justifications sévères pour le faire. Les mesures qui ont été annoncées sont extrêmement fortes et il faut les respecter. Cette fois-ci, on a, en Belgique francophone, des outils pour infléchir. Si on arrive à faire respecter ces règles, on va y arriver. Le sommet de la courbe qui arrive d'ici une à deux semaines, espérons-le, va être très très difficile. Pourra-t-on encore s'autoriser une vie normale alors que la situation sera très difficile?", poursuit-il.

Dans une phase exponentielle

Pour Emmanuel André, la situation que l'on connaît actuellement s'inscrit déjà dans une logique de reconfinement "même si on n'est pas encore au bout". Un sentiment partagé par Fabrice Bureau, vice-recteur de l'Université de Liège en charge de la Recherche. "On voit qu'on est dans une phase exponentielle. Donc on n'y échappera pas. A mon avis, dans les deux semaines qui viennent car les prévisions disent que les soins de santé seront débordés", assure-t-il. 

"Il faut que nos concitoyens soient conscients qu'un confinement total, ce n'est pas jusqu'au 19 novembre. Parce que le déconfinement, il arrivera probablement au mois de janvier. Ce sont les mêmes qui critiquaient la semaine dernière la fermeture de l'Horeca et qui veulent un confinement total aujourd'hui", s'est exclamé Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la FWB. Avant d'ajouter: "Croire que si l'on a un confinement, on pourra faire les fêtes de fin d'année, aller dans les magasins et faire la fête, c'est se tromper. Si tous les citoyens ne respectent pas toutes les mesures, on passera par un reconfinement total avec toutes ses conséquences".

COVID 19 Belgique : où en est l'épidémie ce dimanche 25 octobre? 


 

Vos commentaires