En ce moment
 
 

Un journaliste australien enquête sur la disparition de Théo Hayez: il découvre de nouveaux indices

Théo Hayez

Cela fait plus de 5 mois que Théo Hayez a disparu à Byron Bay, en Australie. Les parents de Théo ont demandé à un journaliste local, David Murray, de s'intéresser à la disparition de leur fils. Depuis trois mois, il a refait l'enquête et apporte des éléments différents de ceux de la police.

David Murray a baptisé son enquête "The lighthouse", le phare en français. Le titre de son enquête est symbolique, car le journaliste est convaincu que Théo a disparu à proximité du phare de Byron Bay. Avec l'aide des parents de Théo, il a pu pirater les données Google du téléphone du jeune Belge. Les informations qu'il y a découvertes s'avèrent être des indices précieux. "Toutes les quinze secondes, Google savait où se trouvait Théo. Les proches du jeune garçon ont repris toutes les coordonnées disponibles et les ont placées sur une carte. Ça a permis de retracer le chemin qu'il avait emprunté jusqu'à un certain point", explique David Murray.

Une précédente affaire résolue

Grâce à ces données, le journaliste avance dans son enquête. Il a promis d'autres révélations, ce qui donne de l'espoir à la famille de Théo alors que la police a stoppé ses recherches. "Byron est une ville très animée, surtout le vendredi soir. Il y a des gens qui viennent du monde entier partout dans la ville. Ces gens pouvaient être là ce soir-là, ils peuvent avoir des informations. J'essaye de les atteindre avec des podcasts que je publie sur le net", espère le journaliste australien.

Un quatrième épisode de ces podcasts sera diffusé vendredi 22 novembre. Dans cet épisode, il explique que Théo se serait arrêté pendant sept minutes dans une rue très fréquentée. Il espère ainsi toucher une personne qui pourrait lui apporter des informations supplémentaires.

David Murray a déjà résolu une autre affaire de disparition: une Australienne dont le corps n'avait jamais été retrouvé. Son enquête avait permis d'arrêter le meurtrier.

 

Vos commentaires