En ce moment
 
 

Submergé par une vague de générosité, le CHU Saint-Pierre crée son unité coronavirus: "On a reçu 4 millions en 10 jours" (vidéo)

 
CORONAVIRUS
 

Quatre millions d’euros de dons ont permis la création d’une nouvelle unité de soins intensifs au CHU Saint Pierre de Bruxelles, l'hôpital de référence dans la lutte contre le coronavirus. Cette nouvelle unité a vu le jour en un temps record et est déjà très utile.

Une toute nouvelle unité de soins intensifs au CHU Saint-Pierre de Bruxelles a vu le jour. Elle est spécialement dédiée aux malades souffrant du Covid 19. On retrouve des pandas sur la porte, car l'espace était auparavant occupé par le service de pédiatrie. Il y a 15 lits dont une dizaine sont occupés. L’installation s’est faite très rapidement. Philippe Leroy est le directeur du CHU Saint-Pierre de Bruxelles. Il détaille: "Des techniciens et des ingénieurs ont installé en un temps record tout l'équipement nécessaire pour des soins intensifs. Les moniteurs forés et installés aux plafonds, les respirateurs branchés et connectés. Cela a été un travail extraordinaire. On a mis en quelques jours sur pied cette nouvelle unité de soins intensifs."

De généreux donateurs

Le CHU Saint-Pierre dispose de 45 lits en soins intensifs, dont 33 pour les patients atteints par le coronavirus. Cette nouvelle unité a pu voir le jour grâce aux dons du public: 4 millions d’euros récoltés en 10 jours. "On a été submergé par une vague de générosité qui est venu de partout dans le pays. Nous avons répondu présent grâce aux donateurs."

Nous ne sommes pas débordés

24 patients touchés par le Covid 19 sont en ce moment aux soins intensifs du CHU. Grâce à cette nouvelle unité et au confinement, le centre hospitalier estime qu’il ne sera pas débordé ces prochains jours. "Nous constatons avec prudence que cette courbe est en train de se tasser. Les patients continuent à arriver à l'hôpital mais à un rythme qui est stable. Nous ne sommes pas débordés, nous gardons le contrôle." Les prochaines semaines seront encore difficiles. Le directeur du CHU le répète : il faut continuer à suivre les règles de confinement.

 




 

Vos commentaires