En ce moment
 

A Senzeilles, la surtension d'un transformateur endommage des habitations: "Retrouver sa maison comme ça, c'est terrible"

La borne du conducteur neutre a grillé injectant 400 volts dans le quartier à la place de 230 volts.

Mauvaise surprise pour les habitants d'une vingtaine de maisons de Senzeilles, dans l'entité de Cerfontaine située, dans la province de Namur. Un incident de transformateur a provoqué une surtension de 400 volts, entraînant la destruction de nombreux appareils électriques.  

Dans l'une des 26 maisons touchées par cet incident, les dégâts sont particulièrement impressionnants. Nathalie n'était pas chez elle au moment de l'incident, c'est donc le système d'alarme qui a détecté le problème. 

La cuisine est la pièce de la maison la plus touchée. Des appareils électroménagers inutilisables, des murs couverts de suie, le plafond en partie détruit... "Voilà ce qu'il reste de ma maison. C'est super difficile à vivre. Rentrer et retrouver sa maison comme ça, c'est terrible", confie l'habitante au micro d' Aurélie Henneton et de Ghislain Federspiel.


"C'est vraiment un gros chantier"

Le transformateur situé à côté de l'habitation est à l'origine de cet incident. La borne du conducteur neutre a grillé injectant 400 volts dans le quartier à la place de 230 volts. 

"La cuisine, l'électricité, le système de chauffage. Il faut tout laver, évacuer les matelas. C'est vraiment un gros chantier", déplore la sinistrée. Pour remettre la maison en état, il faut compter trois mois de travaux et plusieurs milliers d'euros. "Le pressing, c'est 8.000 euros pour tous les vêtements. La société de nettoyage, c'est 14.000 euros", détaille Nathalie.


Le distributeur d'électricité dit assumer ses responsabilités

Dans les 26 autres maisons touchées, la surtension a abîmé des frigos, des ventilations et des décodeurs. Ores, le distributeur d'électricité dit assumer ses responsabilités. 

"Les ménages lésés sont invités à faire part de leurs dégâts pour ouvrir les droits à l'indemnisation", a indiqué le porte-parole Jean-Michel Braibant.

Vos commentaires