Accueil Actu Belgique Société

1.300 ans après sa mort, la dépouille du saint patron de Liège va être analysée: voici pourquoi

À Liège, 1300 ans après sa mort, Saint-Lambert va subir une expertise médico-légale. Sa dépouille est conservée dans la cathédrale de la cité ardente. Cette analyse doit permettre de préciser l'histoire du saint patron de Liège.

Lambertus est évêque de Tongres-Maastricht. Le 17 septembre de l'an 700, il réside dans la maison qu'il possède à Liège. Mais un soldat s'introduit par le toit en chaume et frappe l'évêque avec une lance. "C'est un meurtre politique, en réalité. Saint-Lambert est victime de conflits entre clans aristocratiques, puisqu'il était proche des futurs Carolingiens, donc la famille de Charlemagne, le pouvoir n'est pas encore assuré à ce moment-là", explique Julien Maquet, conservateur du trésor de la cathédrale de Liège. 

Un assassinat 

À l'endroit de l'assassinat, le site de l'actuelle place Saint-Lambert, une cathédrale est construite. L'évêque, face à son agresseur, aurait refusé de se défendre. C'est pour cette raison qu'il a le statut de saint. Son corps est conservé dans une chasse et sa tête dans ce reliquaire. 1323 ans après le crime, ses restes pourraient apporter des précisions. "On cherche les causes du décès de Saint-Lambert. Il semblerait qu'il se soit pris un coup de lance dans le crâne. L'idée est de vérifier si le crâne est effectivement lésé et d'autre part, si cela peut correspondre à un coup de lance. Ça, c'est l'objectif principal", explique Philippe Boxho, médecin légiste. 

Une première 

Le dernier examen des restes de Saint-Lambert réalisé par des historiens remonte à 30 ans. Une analyse médico-légale, ce sera une première. "On pourra déterminer certaines choses, comme la taille, de potentielles maladies des os...", poursuit le médecin légiste. Cet examen ne pourra se faire qu'en présence de l'évêque de Liège, dans un cadre bien précis. "On va mettre le médecin légiste comme s'il ramenait des ossements et il doit les faire parler. Ce sera essentiellement un examen visuel". Il n'y aura pas de prélèvement. 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

2 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • j espere que ce n est pas au frais du contribuable car c est une belle connerie que cela

    dominique decarnoncle
     Répondre
  • Que de frais inutiles ! On va retrouver son assassin 1300 ans après ? Si on découvre qu'il est mort autrement, ça va changer quoi ?

    roger rabbit
     Répondre