Accueil Actu Belgique Société

Le nombre de faillites dans l’Horeca augmente: "Le statut d'indépendant, je n'en veux plus", témoigne Dany

Le nombre de faillites dans l’Horeca augmente : environ 2.000 l’an dernier. C’est 22 % de plus qu’en 2022. De nombreux restaurateurs décident aujourd’hui d’arrêter leur métier d’indépendant, pour se tourner vers celui de salarié, plus sécurisant.

Comme de nombreux professionnels de l'horeca, Danny a pris la décision difficile de fermer son restaurant. Le 21 juillet, il assurera son dernier service dans son établissement Le Val d’Heure à Montigny-le-Tilleul : "Ce sont beaucoup d'investissement, beaucoup de stress et de sacrifices", explique l'ex-indépendant. Il ajoute : "Tant que j'ai la santé, je veux en profiter". En 2021, il subit les inondations et en parallèle, il y a la crise sanitaire.

Vers le salariat 

Aujourd'hui, il n'arrive pas à se remettre de ces crises successives : "Ce qui m'a motivé, c'est d'avoir un contrat et être salarié. Je travaille dans un hôtel à Charleroi, je fais de la consultance et d'autres choses". Et Danny est loin d'être le seul dans cette situation. Le phénomène ne cesse de s'accentuer depuis un an et demi. "C'est un phénomène qui s'est amplifié ces 18 derniers mois. Les charges salariales ont augmenté, le coût des marchandises a augmenté. La viabilité d'un restaurant est difficile dans ces conditions", explique Emmanuel Didion, le vice-président de la fédération Horeca Wallonie. 

Pour la fédération Horeca, il existe pourtant des solutions. Par exemple, la baisse de la TVA sur les boissons non-alcoolisées ainsi que les aides à l'embauche. 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

6 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • bref ....en gros c'est que ON ( les autres) payent pour eux !!

    abdoule carolo
     Répondre
  • Et, cerise sur le gâteau, imposition de la boite noire, le coup fatal, pour en finir définitivement.

    luc andre
     Répondre
  • C’est triste de lire les commentaires de certaines personnes a propos des indépendants (voleurs et profiteurs). Et bien non, monsieur, ma voiture a 10 ans et l’Etat m’oblige à changer suite aux normes européenne et oui, je pars en vacances 3 semaines par an apres avoir travaillé 70h/semaines pendant que vous, vous etiez avec votre famille chaque week-ends et jours feriés. A ce que je vois, les indépendants ont toujours bon dos…

  • Commentaire non approprié Vous n’êtes sûrement pas indépendant et sûrement pas dans lhoreca. Vous ne savez pas et comprenez pas de quoi ce patron de restaurant parle Car vous n’êtes pas dans la même situation Moi je comprend cet homme a 200% Et tout à fait d’accord avec ce qu’il dit.

  • Le soucis c'est pas de prendre des vacances, c'est de prétendre ne rien gagner "officiellement", mais d'aller dépenser des fortunes à côté comme par magie... Donc je maintient, pas mal d'indépendants fraudent . Pas un jour sans que je ne vois un chauffagiste, garagiste, jardiniers ou autre se faire payer en black. Les resto qui proposent de payer en cash "discrètement" (càd en black), y'en a plein. Si ça ne vous plait pas, devenez salarié.

    Thierry Frayer
Plus de commentaires