Accueil Actu Décryptage RTL info

Qui est vraiment Jordan Bardella, le visage angélique de l'extrême droite française ?

À 28 ans, Jordan Bardella est à la tête du Rassemblement National, le parti qui a remporté les dernières élections européennes. Pressenti comme futur Premier ministre en cas de victoire de l’extrême droite aux prochaines élections légilastives de juin-juillet, le bras droit de Marine Le Pen est aujoud'hui la figure emblématique du parti d'extrême droite. Décryptage.

"Les fins de mois difficiles, je connais ça parce que j'ai vu ma mère avoir du mal à finir le mois, toute sa vie, toute mon enfance. J'ai vu ça pendant vingt ans", confiait Jordan Bardella sur le plateau de France Télévisions, il y a quelques années. Il est vrai que, lorsqu'il s'agit de confier les difficultés liées à son enfance, le jeune président du Rassemblement National n'économise pas ses mots, soulignant à l'envie les problèmes de "violence" auxquels il a été confronté dans la cité Gabriel Péri, le quartier "modeste" dans lequel il a grandi. Une enfance partagée entre l'appartement de sa mère, agente territoriale spécialisée des écoles maternelles à Saint-Denis, et la résidence de son père, dirigeant d'une PME, à Montmorency dans le Val-d'Oise, une commune plus aisée.

"Il y a tout un storytelling sur son parcours qu'il va mettre en place", explique François Debras, Politologue à l'ULiège et l'HELMo. "Cette idée qu'il vient d'une famille défavorisée de Saint-Denis, avec sa mère qui avait du mal à boucler les fins de moins. Il joue beaucoup là-dessus. Cela donne une image de proximité, même si la réalité des faits est plus nuancée", indique celui qui est aussi professeur à l'Université Sorbonne Nouvelle.

Le jeune homme a en réalité bénéficié du soutien de son père, chef d'entreprise, qui lui a offert une voiture pour ses 19 ans ainsi qu'un voyage aux États-Unis lorsqu'il était adolescent. Jordan Bardella fait par ailleurs toute sa scolarité dans des écoles catholiques privées et payantes.

Celui qui se projette désormais comme Premier ministre ne possède pourtant ni diplôme universitaire ni formation professionnelle spécifique. Après avoir obtenu un baccalauréat économique et social, il s'inscrit en licence de géographie à Université Paris-Sorbonne. Un cursus qu'il abandonne en troisième année, préférant se consacrer entièrement à la politique. À l'âge de 16 ans, il rejoint le Front National, séduit par le discours de Marine Le Pen, alors en pleine campagne présidentielle. En 2012, il est nommé responsable des jeunes du Front National en Seine-Saint-Denis.

Une ascension fulgurante

À partir de là, Jordan Bardella entame une décennie d'ascension fulgurante, gravissant les échelons un à un. En 2014, il devient secrétaire départemental du Front National en Seine-Saint-Denis, puis est élu conseiller régional d'Île-de-France en 2015. En 2017, il est nommé porte-parole du FN et, en 2018, directeur du Front National de la Jeunesse. En 2019, Bardella est désigné chef de file du parti, devenu Rassemblement National, pour les élections européennes. En 2021, il assume la présidence du parti par intérim, avant d'être confirmé président en 2022, à seulement 27 ans.

Un parcours foudroyant qui, selon l'enquête du journaliste Pierre-Stéphane Fort, s'explique par la relation de Bardella avec la fille d'un proche de Marine Le Pen. En 2017, Jordan Bardella forme en couple avec la fille de Frédéric Châtillon, figure de l'extrême droite et ami proche de Marine Le Pen. Celle-ci rencontre Jordan Bardella par l'intermédiaire de la famille Châtillon et le remarque immédiatement.

Quelques jours après cette rencontre, Marine Le Pen le nomme porte-parole du Rassemblement National. À l'époque, celle qui est présidente du parti voit le jeune homme un allié capable de porter les idées du RN tout en attirant une base électorale plus jeune et diversifiée. Leur collaboration symbolise une stratégie de renouvellement générationnel au sein du parti, visant à dédiaboliser le RN.

Si on regarde son compte TikTok, il ne fait pas une seule fois allusion au Rassemblement National

Le bras droit de Marine Le Pen est particulièrement actif sur les réseaux sociaux, utilisant des plateformes comme Twitter, Facebook, Instagram et TikTok pour communiquer directement avec ses partisans, un public majoritairement jeune, via des formats courts et dépolitisés. "Jordan Bardella permet de dédiaboliser le parti, et c'est très visible sur les réseaux sociaux. Si on regarde son compte TikTok, il ne fait pas une seule fois allusion au Rassemblement National", ajoute François Debras. 

"Il se filme et se met en scène en train de manger, de faire des activités sportives, de préparer des débats. Il joue aussi sur une image faussement mal à l'aise, avec cette idée du "je suis à l'aise avec les gens et les jeunes, et moins dans le monde politique. Je suis donc comme vous". Il joue très fort sur cette proximité, on le voit d'ailleurs à des soirées avec des jeunes", explique-t-il. Une image sympathique, drôle et spontané qui a fait mouche puisque son compte TikTok compte aujourd'hui 1,7 million d'abonnés.

Un stratège plutôt qu'un idéologue

Pour le politologue, le jeune homme de 28 ans doit surtout sa réussite à sa capacité à s'allier efficacement au sein du Rassemblement National tout en perfectionnant son discours et son image, plutôt qu'à une ligne idéologique qui lui est propre. "Jordan Bardella n'est pas spécialement un idéologue, il n'a pas une ligne idéologique spécifique. Pendant plusieurs années, il était proche de Florian Philippot, avant de prendre ses distances lorsque celui-ci a été évincé. Il s'est rapproché ensuite de Marine Le Pen, qui l'a repris sous son aile. Mais on ne peut pas parler d'une ligne Jordan Bardella", affirme François Debras, pour qui le président du RN est avant tout "un stratège" qui a toujours réussi à s'allier avec les bonnes personnes au sein du Rassemblement National, tout en travaillant son discours et son apparence. Une apparence qui "prime" sur le fond du message.

Marine Le Pen voit en Jordan Bardella l'avenir du Rassemblement National, lui qui incarne la nouvelle génération, capable, selon elle, de comprendre et de répondre aux préoccupations des jeunes Français. "Jordan Bardella sert aussi à Marine Le Pen. Il représente un jeune de Saint-Denis, provenant d'un milieu défavorisé, et ça sert au discours de Marine Le Pen visant à montrer que les jeunes issus de milieu populaire peuvent aussi rejoindre le Rassemblement National", précise le spécialiste.

Bardella, la voix des professions libérales

Au fil des années, Marine Le Pen et Jordan Bardella ont développé une complémentarité stratégique : Bardella se concentre sur les questions économiques pour attirer les cadres supérieurs et entrepreneurs, tandis que Le Pen adopte un discours plus social pour séduire l'électorat de la gauche. Chacun cible un public spécifique pour élargir la base électorale du Rassemblement National. "En recrutant Jordan Bardella, c'est une occasion pour Marine Le Pen d'ouvrir le discours du Rassemblement National. Jordan Bardella va développer un autre type de rhétorique en se positionnant sur les questions des entreprises, des cotisations patronales, ou encore du chômage", expose l'expert en politique. "Il se concentre sur le domaine économique pour attirer les cadres supérieurs, les entrepreneurs et les professions libérales. Alors que Marine Le Pen donne des couleurs plus sociales à son programme, du moins en apparence, pour aller chasser sur les terres de la France Insoumise et du Parti Socialiste." 

Jordan Bardella va essayer de prendre petit à petit de l'indépendance par rapport à Marine Le Pen.

Pourtant, malgré l'apparente solidité du duo Bardella-Le Pen, des divergences subsistent, comme sur la question de la Russie."Contrairement à Marine Le PenBardella n'est pas ouvertement opposé à l'OTAN ni à une forme de soutien à l'Ukraine", souligne le politologue de l'ULiège, qui pointe également la notion de "grand remplacement", une théorie complotiste bannie par Marine Le Pen, mais parfois suggérée indirectement par Bardella dans ses discours." Il y a donc des lignes qui bougent et des petites tensions qui peuvent exister à certains niveaux, à voir comment cela va évoluer. Même si à terme, on voit un Jordan Bardella qui va essayer de prendre petit à petit de l'indépendance par rapport à Marine Le Pen."

Magré certains désaccords, Jordan Bardella reste sans surprise un fervent défenseur des idées du Rassemblement National. Il se prononce régulièrement contre l'immigration massive, prônant une politique de fermeture des frontières et de priorité nationale. Le président du RN avance des mesures strictes pour réduire l'immigration, notamment la suppression des aides sociales pour les étrangers et une politique de renvoi systématique des immigrés en situation irrégulière.

Derrière son image de gendre idéal, les idées qu'il défend sont bien celles d'un parti d'extrême droite."L'idéologie est toujours la même au sein du parti, même s'ils vont colorer leurs discours en faisant appel à la démocratie, à la laïcité ou au féminisme. Mais derrière, il y a toujours la même logique inégalitaire de rejet de l'étranger et de la différence, prônant la discrimination et le rejet des égalités hommes-femmes." Le président du RN soutient par ailleurs une ligne dure sur la sécurité, plaidant pour un renforcement des forces de l'ordre et des peines plus sévères pour les délinquants. 

Quant à l'avenir, les choses semblent clairement définies pour les deux figures du parti. "Le contrat est clair : Jordan Bardella envisage de se présenter comme Premier ministre, sauf si le RN n'obtient pas la majorité absolue. Il n'exclut pas de refuser le poste de Premier ministre dans ce cas. En revanche, Marine Le Pen resterait candidate à la présidence", conclut François Debras.

 

 

 

 

 

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Et oui, que voulez-vous??? Les gens veulent vivre difficilement au lieu de vivre plus confortablement... Incompréhensible, mais bon...

    Eddy PONDANT
     Répondre