Accueil Actu Magazine Science & Nature

L'Euregio Meuse-Rhin prête à accueillir le télescope Einstein

Les conclusions des projets E-TEST et ET2SMEs, préparatoires à la candidature de l'Euregio Meuse-Rhin en vue de l'implantation du télescope Einstein, ont été présentées mardi à Liège. Les premiers résultats obtenus sont encourageants et devraient être consolidés dans les prochaines semaines lors des campagnes d'essais au Centre Spatial de Liège, a indiqué Christophe Collette, du département Aérospatiale et Mécanique de la faculté des sciences appliquées de l'ULiège, en charge du développement du prototype au CSL.

E-TEST, coordonné par l'ULiège, est un consortium d'onze partenaires de l'Euregio Meuse-Rhin (région des trois frontières belgo-germano-hollandaise). Il a bénéficié d'un financement de 15 millions d'euros afin de réaliser une étude des sous-sols de la zone envisagée pour l'implantation du télescope et développer au CSL un prototype de miroir suspendu à température cryogénique de 20-25 Kelvin. ET2SMEs, coordonné par l'agence de développement économique de la région d'Aix-la-Chapelle et doté d'un budget de 2,3 millions d'euros, a pour sa part fait participer des PME et entreprises de l'Euregio sur les plans technologique et économique.

L'objectif est de créer le plus grand observatoire mondial en matière de détection d'ondes gravitationnelles afin de mieux comprendre la formation des trous noirs et les origines de l'univers. L'équipement consistera en trois interféromètres géants, disposés en triangle à la tête de trois tunnels de 10 km enfouis entre 200 et 300 mètres de profondeur. La localisation du télescope Einstein devrait être décidée en 2025, pour une inauguration au milieu des années 2030.

Le ministre wallon de la Recherche et de l'Innovation Willy Borsus et le secrétaire d'État chargé de la Politique scientifique Thomas Dermine ont fait part de leur enthousiasme à l'égard du télescope Einstein. "Les retombées seraient très positives puisque 4.234 acteurs économiques wallons ont une taille critique minimale pour prétendre participer activement au projet", a souligné M. Borsus.

À lire aussi

Sélectionné pour vous