Accueil Actu Vos témoignages

"C’est un véritable scandale": le prix de la réservation Airbnb d’Etienne passe de 143.5 euros à 756 euros en raison des Jeux Olympiques

Mauvaise surprise pour Etienne, originaire de la région de Namur. En août 2023, il réserve une chambre avec piscine à Puteaux, dans les Hauts-de-Seine. Total : 143.5 euros. Mais quelques mois passent et l’hôtel finit par lui réclamer plus de cinq fois le montant initial sinon la réservation sera annulée. Une manœuvre légale ?

L’année dernière, Etienne décide de louer une chambre dans le flamboyant quartier vitré de La Défense, à deux pas des stades qui accueilleront les athlètes du monde entier l’été prochain. "Nous voulions aller aux Jeux avec ma compagne pour assister au hockey. Dans la foulée, nous avons recherché un logement via la plateforme Airbnb. Vu les événements en France, le prix me paraissait correct".

Ni une ni deux, il réserve en quelques clics. Intéressé par l’opportunité, le frère d’Etienne fait de même. Mais, alors que la date tant attendue se profile à l’horizon, Etienne, tout comme son frère, voit sa réservation subitement annulée. La raison ? L’établissement aurait oublié d’adapter ses prix en vue des événements sportifs de l’Hexagone.

S’il veut garder sa réservation, l’hôtelier lui demande alors de débourser 756 euros, soit 612.5 euros supplémentaires. "C’est un véritable scandale. J’ai immédiatement contacté mon courtier pour savoir si ce genre de désagrément était couvert. On a donc ouvert un dossier. Je suis passé à l’attaque tout de suite", raconte Etienne.

Des prix incorrects

Quelque temps après sa réclamation, Etienne reçoit une réponse laconique du directeur général de l’hôtel. "Il prétend soi-disant que le prix n’était pas correct au moment de ma réservation. C’est de la mauvaise foi", s’indigne-t-il. Dans la foulée, le gérant lui propose une réduction de 10 % en guise d’excuse, mais l’offre est seulement valable pour une semaine.

Très peu pour le Namurois qui refuse de voir le coût de son futur logement de vacances démultiplié. "Je me suis trouvé devant deux choix : accepter ou refuser l’offre. J’ai évidemment choisi la seconde option, mais je compte faire valoir mes droits", décrit l’acheteur.

Pas de doute pour le féru de sport, le consommateur se retrouve coincé par une société qui cherche à faire du profit. "Les établissements ne s’attendaient peut-être pas à une telle affluence. Et, l’offre et la demande étant la règle, les prix ont grimpé sans cesse. Ils ont flairé la bonne affaire en se disant que les gens ne vont jamais réagir", explique-t-il.

"Une annulation abusive et injustifiée"

Une entreprise a-t-elle le droit d’annuler une réservation pour réclamer un prix supérieur ? Pour le Centre Européen des Consommateurs, la réponse semble catégorique. "Une fois réservé, le loueur ne peut revenir en arrière sauf lors de cas spécifiques comme des travaux, une fermeture imposée par un ordre des autorités. L’annulation s’avère ici abusive et injustifiée, car elle repose sur une modification unilatérale du prix. Mais une fois le contrat établi, il devient contraignant pour les deux parties", explique Ibtissame Benlachhab, conseillère juridique du Centre Européen des Consommateurs (CEC).

Lisa Mailleux, porte-parole de Tests-Achats, abonde en ce sens : "dans sa réponse, le directeur mentionne lui-même que ce n’est pas ce qui avait été convenu avec l’acheteur. Le contrat entre eux n’a manifestement pas été suivi. Pourtant, une fois signé, chaque partie doit l’exécuter".

Le problème reste alors de réclamer la somme due, voire d’éventuelles indemnités. De ce point de vue, la tâche demeure davantage complexe. Selon la conseillère juridique du CEC : "Airbnb reste un intermédiaire. À ce titre, la plateforme n’a pas vraiment de responsabilité en tant que telle. Si en théorie, augmenter le coût d’une réservation actée reste illégale, en pratique, il est compliqué d’obtenir gain de cause. Le mieux semble de tenter de régler le litige à l’amiable, mais si la démarche échoue, on peut aller en justice".

En attendant la fin de la procédure, Etienne semble s’être fait une raison et voit la possibilité d’assister aux J.O s’éloigner. "Ce sera impossible. Tout s’avère complétement bouché partout. On cherche une alternative, mais cela devient mission impossible", se désole-t-il.

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

2 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • A sa place, j'annule. Ca lui reviendra moins cher. Et puis, Paris, durant les jeux olympique va ressembler à une fourmilière dans laquelle il sera très difficile de se déplacer.

    Jean-Luc Rolland
     Répondre
  • Ce seront les JO des riches sur place. Les autres pourront juste le regarder à la tv. Je leur souhaite de se casser la gueule avec leurs prix démentiels. Déjà en temps normal Paris c'est pas bon marché.

    Ifok Sassash
     Répondre