Benjamin n'était pas rentré d'un congé pénitentiaire en 2016: il avait été replacé sous mandat d'arrêt

Benjamin n'était pas rentré d'un congé pénitentiaire en 2016: il avait été replacé sous mandat d'arrêt

Benjamin Herman, l'auteur de l'attaque à Liège qui a fait trois morts dont deux policiers mardi matin, n'est pas toujours rentré en prison comme prévu à l'issue de ses autorisations de sortie, contrairement à ce qui a été communiqué par le ministre de la Justice Koen Geens, relèvent les titres Sudpresse mercredi.

Benjamin Herman a bénéficié de 11 permissions de sortie et de 13 congés pénitentiaires qui "s'étaient bien déroulés", selon le ministre Geens. Or, lors l'une d'entre elles, début 2016, l'individu a réintégré l'établissement pénitentiaire de Namur où il était incarcéré avec plusieurs jours en retard, affirme Sudpresse.

"Une détention limitée a été octroyée à Benjamin Herman en date du 29 octobre 2015 et a été exécutée le 8 janvier 2016. Le 11 mars 2016, le tribunal d'application des peines a cependant révoqué la mesure suite au rapport de signalement rédigé le 23 février 2016 par l'assistante de justice en charge du dossier. En effet, Benjamin Herman n'avait pas regagné la prison de Namur le 22 février 2016", indique Valérie Hendrikx, porte-parole des Maisons de Justice. On ignore la raison pour laquelle le prisonnier ne s'est pas présenté à temps à la prison de Namur. Il a ensuite dû patienter jusque octobre 2017 pour obtenir à nouveau des permissions de sortie, au départ de la prison de Marche cette fois.

Par ailleurs, les titres Sudpresse mentionnent que, également 2016, le 5 mars exactement, Benjamin Herman s'évade de la prison de Lantin et, deux jours plus tard, le 7 mars 2016, il commet un nouveau vol avec effraction. La police ne parvient cependant pas à mettre immédiatement la main dessus puisqu'il ne sera repris que le 7 mars 2017, soit un an, jour pour jour, après son évasion. Ce dernier fait est contredit par la RTBF qui avance l'explication suivante: "Le 22 février 2016, Benjamin Herman n'est pas revenu en prison. Un fait que la police qualifie par défaut d'"évasion", ce qui a pu créer la confusion. Le 5 mars 2016, il est placé sous mandat d'arrêt. Entre temps, le suspect a commis un vol avec effraction à Namur." 

Vos commentaires