En ce moment
 
 

Voyages en zone rouge: un remboursement possible si une quarantaine est imposée sur place?

 
 

La situation sanitaire s'est aggravée ces derniers jours en Espagne. Plusieurs régions virent à nouveau au rouge. Une situation qui commence à inquiéter certains vacanciers qui avaient prévu de partir dans ce pays cet été.

Anne-Sophie Snyers, la secrétaire générale de l'UPAV (l'Union professionnelle des Agences de voyages), était l’invitée du RTL INFO 19H. Elle a répondu aux questions que se posent de nombreux voyageurs.

Luc Gilson : Comment votre secteur s'apprête-t-il à gérer cette recrudescence du virus ? Quels conseils vous donnez aux clients ?

Anne-Sophie Snyers: "Les conseils sont nombreux. On conseille d'abord aux clients de s'informer car ce n'est pas parce qu'on part en zone rouge qu'on doit faire obligatoirement une quarantaine. Il faut se renseigner sur ce qu'il se passe à destination, sur les conditions d'entrée dans ce pays. Deuxièmement, quelles sont les conditions du transporteur qui peuvent être aussi différentes. Et puis les conditions de rentrée en Belgique. Pour les conditions de rentrée, les choses sont claires sur le site www.info-coronavirus.be. Ce qui pose problème et peut générer une préoccupation aujourd'hui, ce sont les informations concernant la destination. On a vu que le Portugal ou l'Espagne sont des destinations qui virent au rouge et inquiètent, mais virer au rouge veut dire que quand on est vacciné, on ne doit pas faire de quarantaine. Quand on n'a pas été complètement vacciné ou qu'on n'a pas le certificat de guérison, il y a un test à faire 72 heures avant de rentrer en Belgique ou à la rentrée dans le pays, on attend son test et puis on peut sortir. Les conditions de voyage en Europe sont donc assez souples."

Luc Gilson : Si jamais l'Espagne décide d'imposer une quarantaine à l'arrivée, le vacancier sera-t-il remboursé ?

Anne-Sophie Snyers: "Non malheureusement, vous ne serez pas remboursé, si ce n'est pour une assurance qui prendrait le risque de rembourser. L'important est de passer par un opérateur qui offre la flexibilité de changer de destination. Mais la règle est: si le voyage peut avoir lieu, que le transport est effectif et que l'hôtel n'est pas fermé, alors la personne peut partir."


 




 

Vos commentaires