En ce moment
 
 

Trois espèces d'animaux ont disparu en Wallonie cette année: "On n'arrive plus à détecter suffisamment d'individus"

 

On l’appelle : la coronelle lisse. Cette petite couleuvre d’une cinquantaine de centimètres est menacée de disparition en Wallonie.
 
Une centaine d’individus sont placés dans un enclos à Han-sur-Lesse (Rochefort) pour sauvegarder l’espèce.

"Cet animal se portait plutôt bien d'une manière générale en Belgique. Mais suite à des travaux de modernisation des voies de chemin de fer, on avait des habitats qui allaient être impactés par ces travaux. Donc il a été décidé par le Service public de Wallonie, par Infrabel et par le domaine des Grottes de Han de mettre en place une mesure d'atténuation et de créer ce centre pour récolter une partie de ces animaux, les garder en captivité le temps des travaux, et derrière les remettre en liberté une fois que les travaux seront terminés", explique Anthony Kholer, responsable adjoint de la réserve de Han-sur-Lesse.

Anthony s’occupe de plusieurs espèces en voie de disparition chez nous. En 2019, 3 spécimens ont disparu de Wallonie: le grand hamster des champs, le pic cendré et la gélinotte des bois.
 

Principalement des pertes d'habitat, des fragmentations de leur habitat... du dérangement et une absence de mesures de protection

"On est arrivé à un niveau tel qu'on n'arrive plus à détecter suffisamment d'individus pour parler de population encore présente", indique Anthony Kholer. "Les difficultés auxquelles elles doivent faire face, c'est principalement des pertes d'habitat, des fragmentations de leur habitat, donc des habitats moins favorables, des habitats qui sont fragmentés ce qui fait que les populations se retrouvent isolées. Et puis derrière du dérangement et une absence de mesures de protection pour certaines de ces espèces".

3.000 espèces en danger critique dans le monde… mais il reste de l'espoir

Plus de 30.000 espèces sont aujourd’hui menacées d’extinction à travers le monde. 3.000 sont en danger critique.
Une lueur d’espoir tout de même: si certaines espèces disparaissent, quelques rares spécimens réapparaissent. C'est le cas par exemple de ce petit carpeau appelé l’alyte accoucheur

 

"Quand j'ai commencé à travailler ici au domaine, on avait quelques individus chanteurs. Et puis, d'année en année, le nombre de chanteurs n'arrête pas d'augmenter, et aujourd'hui on a dépassé les 25 à 30 animaux chanteurs. Juste dans cette zone-là, ce qui est juste exceptionnel, puisque quand j'ai commencé il y avait moins de cinq animaux chanteurs. Donc en l'espace de cinq ans avec quelques tous petits aménagements, un peu de bois morts qui reste, des pièces d'eau… eh bien la nature revient", explique Anthony Kholer.

Au Nord du pays, la nature est en revanche en grande souffrance. En Flandre, sur 69 espèces surveillées, seules 18 sont en bonne santé.

 

Vos commentaires