En ce moment
 

Il pleut dans un auditoire de l'ULB: "On ne peut que regretter de devoir étudier dans de telles conditions" (vidéo)

  • Le plafond d''un auditoire de l''ULB est en piteux état

  • Il pleut dans un auditoire de l''ULB

 

Mercredi soir, des pluies intenses ont balayé le pays, causant plusieurs inondations, notamment à Bruxelles. A l’Université Libre de Bruxelles (ULB), il pleuvait littéralement dans un auditoire. "On voit une salle d’étude dans laquelle le plafond est imbibé d’eau, et il est en train littéralement de pleuvoir dans l’auditoire. Il y a quelques poubelles dont on essaye de se servir comme seaux pour tant bien que mal, limiter les dégâts. Dans la vidéo, on voit que le sol commence à se transformer en flaque géante, on ne peut que regretter de devoir étudier dans de telles conditions", commente Maxime Michiels, président de la Fédération des étudiants francophones (FEF), au micro de Clémence Kreit.


"La corniche et l’avaloir n’ont aucun défaut d’étanchéité"

Emery Karege, Directeur du département des infrastructures de l’ULB, a découvert la vidéo ce matin. "Etant donné la pluie qu’on a eue hier, on s’est dit qu’il y aurait des avaloirs bouchés, parce qu’effectivement, ça se passe de temps en temps. On est passé ce matin, on a constaté qu’il n’y avait rien. Le travail des techniciens ce matin, c'était de vérifier dans le faux plafond s’il n’y avait pas un coude qui s’est déboîté et on tend vers cette piste-là". La toiture ne serait donc pas en mauvais état, précise-t-il: "La corniche et l’avaloir n’ont aucun défaut d’étanchéité".


"Il pleut dans les auditoires"

De son côté, la FEF dénonce un enseignement supérieur sous-financé: "Ce sont des situations de cette forme-là ou d’autres qu’on voit régulièrement. Il pleut dans les auditoires. A l’ULB, on connaît tous le gros auditoire, le Janson, dans lequel il pleut très régulièrement, ça arrive ailleurs. Il y a aussi tout un problème de places dans les auditoires, quand on a 700 inscrits et 650 places, c’est un problème également. Il y a un problème vis-à-vis des tablettes, des chaises qui peuvent être cassées, on a aussi tout un bâtiment amianté, proche de l’insalubrité, dans lequel les étudiants étudient tous les jours. Les infrastructures, c’est un problème qu’on rencontre très régulièrement quand on est étudiant en fédération Wallonie-Bruxelles".

Vos commentaires