Accueil Actu Belgique Justice

De plus en plus d'affaires judiciaires sont classées sans suite à Bruxelles: "C'est une évolution très inquiétante"

Le nombre d'affaires classées sans suite par les parquets de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles pour cause de capacité d'enquête insuffisante ont augmenté de 157% en cinq ans, a mentionné le procureur général de Bruxelles, Johan Delmulle, dans son discours de rentrée judiciaire vendredi. Il s'agit d'une "évolution inquiétante", selon le haut magistrat.
Par ailleurs, a relevé le procureur général, la chambre des mises en accusation de Bruxelles est saturée d'examens de mandats d'arrêt vu le nombre élevé de personnes en détention préventive pour trafic de drogue, tandis que la cour d'assises l'est par le nombre en nette augmentation de dossiers d'homicide.  

Johan Delmulle a, comme au début de chaque année judiciaire, parcouru les chiffres les plus relevants des statistiques de fonctionnement du parquet général de Bruxelles et des parquets de première instance qui en dépendent: Bruxelles, Brabant wallon, Louvain et Hal-Vilvorde. Le magistrat relève notamment une augmentation de 157% en cinq ans du nombre d'affaires classées sans suite pour cause de manque de moyens et d'effectifs d'enquête. "Entre 2017 et 2022, il est passé de 2.839 à 7.307 cas", a-t-il dit, qualifiant cela d'"évolution inquiétante".  

Deux autres observations tracassent le procureur général. Elles sont liées aux enquêtes pour trafic de drogue et à celles pour homicides. "Au cours de ces derniers mois de juillet et août, la chambre des mises en accusation de Bruxelles a reçu les appels de 363 personnes en détention préventive. Un chiffre impressionnant. Un très grand nombre de ces personnes sont en détention préventive dans des dossiers liés à la drogue (principalement la cocaïne)", a-t-il expliqué.  

Par ailleurs, au cours de la même période estivale, dix nouveaux dossiers se sont ajoutés pour une fixation devant la cour d'assises de Bruxelles.
 

À la une

Sélectionné pour vous