Accueil Actu Belgique Société

"La police n'a rien trouvé": les écoles du Brabant wallon et de Bruxelles fermées suite à une alerte à la bombe rouvertes ce mardi

Les 27 écoles du Brabant wallon et de Bruxelles fermées ce lundi à cause d'une alerte à la bombe vont pouvoir acceuillir les élèves ce mardi matin. "Le feu est vert, des vérifications ont été faites dans les écoles par la police et rien n'a été trouvé", confirme Wallonie-Bruxelles Enseignement.

Retour sur les faits

Vous êtes nombreux à nous avoir contactés lundi matin concernant la fermeture de plusieurs écoles dans le Brabant wallon et à Bruxelles. "Nous avons reçu un mail du proviseur à minuit", a écrit Frédéric. "Nous sommes en échange avec les titulaires depuis 2h du matin", a expliqué Isabelle. D'autres, comme Sabah ont raté la communication: "Mon fils a dû rentrer à la maison ce matin". 

La cause de ces 27 fermetures: une alerte à la bombe. "Il ne faut pas céder à la panique", indiquait Cécile Marquette. "De nombreux établissements ont été concernés par des alertes similaires ces dernières semaines."

 

L'enquête menée par la PJF de Bruxelles

Le parquet de Bruxelles a centralisé tous les dossiers relatifs aux alertes à la bombe qui touchaient ce lundi plusieurs écoles bruxelloises et brabançonnes, a-t-il indiqué. Quant à l'enquête, elle est menée par la police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles. Le parquet a précisé qu'il prenait cette affaire très au sérieux.

"Un mail contenant des menaces d'explosion de bombes a été envoyé à une quinzaine d'écoles dimanche soir", a confirmé le parquet de Bruxelles, comme déjà expliqué par Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE). "Il s'agit essentiellement d'écoles situées à Bruxelles, mais aussi d'écoles situées dans le Brabant wallon", a-t-il rappelé.  

"Le parquet de Bruxelles centralise tous les dossiers et l'enquête a été confiée à la PJF de Bruxelles. Cette enquête suit activement son cours aux fins d'identifier et d'interpeller l'auteur ou les auteurs des faits. Le parquet de Bruxelles souhaite indiquer qu'il prend ces faits très au sérieux et que les fausses menaces d'attentat sont punissables, en vertu du code pénal, de peines pouvant aller jusqu'à deux ans d'emprisonnement", a-t-il ajouté.

Au total près de 10.000 élèves ont été touchés par ces fermetures. 

Voici la liste des établissements concernés:

  • L'Athénée royal d'Auderghem
  • L'école fondamentale annexée à l'Athénée royal d'Auderghem
  • L'Athénée royal Gatti de Gamond (section secondaire)
  • L'internat annexé à l'Athénée royal Gatti de Gamond
  • L'Athénée royal du Sippelberg (Molenbeek)
  • Les écoles fondamentale et primaire annexées à l'Athénée royal du Sippelberg
  • L'Athénée Victor Horta (Saint Gilles)
  • L'École fondamentale annexée à l'Athénée royal Victor Horta (Saint Gilles)
  • L'internat annexé à l'Athénée royal Uccle 1
  • La Petite École dans la Prairie (Uccle)
  • L'Athénée royal de Woluwe-Saint-Lambert
  • L'école fondamentale annexée à l'Athénée royal de Woluwe-Saint-Lambert
  • L'école fondamentale annexée à l'Athénée royal d'Evere
  • L'école fondamentale annexée à l'Athénée royal Leonardo Da Vinci (sites des Goujons et De Swaef)
  • Les écoles fondamentale et primaire annexées à l'Athénée royal Rive gauche (Laeken)
  • L'école spécialisée « Les Astronautes » à Ixelles
  • L'Athénée royal Riva Bella de Braine-l'Alleud (section secondaire)
  • L'internat annexé à l'Athénée royal Riva Bella de Braine-l'Alleud
  • L'Athénée royal de Waterloo
  • L'école fondamentale annexée l'Athénée royal de Waterloo
  • L'internat annexé à l'Athénée royal de Waterloo
  • L'Athénée royal de Jodoigne (section secondaire)
  • L'Athénée royal de Paul Delvaux d'Ottignies
  • L'école fondamentale annexée à l'Athénée royal Paul Delvaux d'Ottignies
  • L'Athénée royal Rixensart Wavre (implantations de Wavre et de Rixensart)
  • Les écoles fondamentales annexées à l'Athénée royal de Rixensart Wavre (implantations de Wavre et de Rixensart)
  • L'internat annexé à l'Athénée royal Rixensart Wavre (Lasne)

La ministre Désir se constitue partie civile

La ministre de l'Éducation Caroline Désir a mandaté un cabinet d'avocats pour se constituer partie civile et appuyer les plaintes déposées par les pouvoirs organisateurs concernés par la vague d'alertes à la bombe dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a-t-elle annoncé lundi. Wallonie-Bruxelles Enseignement en fera de même.

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

5 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Dingue .... comment n'arrive-t-on pas en 2023à découvrir d'où proviennent ces appels?

    Joseph Bozzer
     Répondre
  • Rien que des Athénées ???????

    Guy Dekoster
     Répondre
  • L'enseignement est déjà nul en Wallonie et à Bruxelles, si on ferme en plus les écoles plusieurs jours par mois, on va dans le mur. A moins qu'un jour un ministre un peu plus intelligent que les précédentes se mette à supprimer les matières inutiles et les remplace par l'étude des maths et de l'orthographe , par exemple.

    roger rabbit
     Répondre
  • Reste à espérer que la justice, elle, trouve le ou les coupables et que, pour une fois, la sanction soit enfin "à la hauteur"...??? Oui je sais; je suis un doux rêveur..

    Gérard G
     Répondre
  • Que des écoles près des gares. Sûrement un/e étudiant/e venant de Bruxelles pour pas changer.

    Jul Bas
     Répondre