Accueil Actu Régions Bruxelles

Etudiante violée sur le campus de l'ULB en décembre 2022: l'auteur écope de 12 ans de prison

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a prononcé, mercredi matin, une peine de 12 ans de prison, ainsi qu'une mise à disposition du Tribunal de l'application des peines (TAP) durant cinq ans, à l'encontre d'un homme coupable de viol. Yannick F. s'en était pris à une étudiante sur le campus de la Plaine de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) à Ixelles, en décembre 2022, la violant brutalement.

Le tribunal a suivi le réquisitoire de la procureure sur toute la ligne, condamnant le prévenu à 12 ans d'emprisonnement et à une mise à disposition du TAP pendant cinq ans. Cette mesure avait été requise sur base du rapport des experts psychiatres, qui avaient conclu que Yannick F. constituait un danger social et présentait un risque de récidive élevé.  

Cet homme de 25 ans sans domicile fixe en Belgique a été reconnu coupable d'avoir violé, le soir du 28 décembre 2022, une jeune femme de 21 ans, alors étudiante en 1ère bachelier bio-ingénieur à l'ULB. La victime avait été menacée, frappée et brutalement violée alors qu'elle sortait d'un bâtiment du campus de la Plaine à Ixelles. Son agresseur lui avait aussi extorqué des biens.  

Il ressortait de l'enquête que le prévenu "traînait" sur ce campus depuis plusieurs années. En 2021, deux étudiantes avaient porté plainte contre lui pour exhibitionnisme.  

Par ailleurs, fin septembre 2022, il avait été condamné à 30 mois de prison pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, à la suite d'une bagarre avec un autre sans domicile fixe sur le chantier de l'hôpital Delta à Auderghem. Il avait été libéré sous conditions peu après le prononcé du jugement, alors qu'il avait purgé la moitié de sa peine en détention préventive, et dès octobre il était revenu rôder sur le campus.  

"Toutes les préventions ont été déclarées établies, ça c'était important pour nous, pour la victime", a commenté Me Caroline Poiré, avocate de la partie civile. "Et donc le viol avec toutes les circonstances qui ont été précisées par la victime dans le cadre de son audition ont été retenues", a-t-elle dit.  

"La peine peut paraître élevée, mais pour une victime ce n'est jamais suffisant. Pour moi, il n'y a pas d'exemplarité dans cette peine, c'est une peine qui est juste, qui est prononcée au regard des éléments du dossier et chaque dossier est particulier. Des éléments comme la gravité des faits sont ici entrés en compte, mais aussi l'attitude du prévenu et ses antécédents judiciaires", a encore expliqué l'avocate.

À la une

Sélectionné pour vous