En ce moment
 
 

Des influenceuses vantent les mérites du "spa vaginal": Isabelle, gynécologue, met en garde

 
 

Une tendance prônée récemment par certains influenceurs sur les réseaux sociaux peut être dangereuse. De plus en plus de vidéos vantent les mérites du "sauna vaginal". Un bain de vapeur censé purifier le sexe féminin. Certaines marques surfent sur l'effet de mode. Cette pratique est pourtant potentiellement dangereuse, comme le préviennent les gynécologues.

Quelques plantes et des fleurs dans une casserole d’eau bouillante. A la base, la recette semble inoffensive… Mais dans une vidéo publiée sur les réseau social TikTok, une jeune femme s’assied ensuite sur cette vapeur. C’est ce que l’on appelle le spa vaginal, ou yoni steam, en anglais.

Des vidéos se répandent sur les réseaux sociaux. Des influenceuses prêtent des vertus purifiantes au spa vaginal. Une publicité diffusée sur Instagram vante ses effets bénéfiques sur les crampes menstruelles… et même sur la fertilité.

Faire fonctionner un business

Tous ces arguments ne sont que des mensonges selon une gynécologue que nous avons interrogée. "Je veux bien… mais je ne vois pas très bien à quoi ça sert, si ce n'est éventuellement faire fonctionner un business", réagit la docteur Isabelle Delande.

C'est le cas par exemple d'une marque néerlandaise qui partage de nombreuses publications sur Instagram. Dans ces messages, elle propose des kits pour faire son spa vaginal chez soi. L’emballage est attrayant, mais la pratique est déconseillée.

Plusieurs dangers

Que ce soit en fumée, en vapeur ou en extraits divers d'essences, la gynécologue Isabelle Delande dénonce "tous les risques associés à l'application" tels que les "allergies, irritations ou brûlures".

Pourtant, le hashtag #baindevapeur cumule près de 600.000 vues sur TikTok, un réseau très prisé des plus jeunes.

Prôné par certaines stars, rituel ancestral asiatique et africain, ce nouveau produit marketing cible surtout les jeunes. Le spa vaginal n’en reste pas moins un réel danger pour la santé des femmes.


 




 

Vos commentaires