En ce moment
 
 

Les Wallons de 16 et 17 ans appelés à se faire vacciner: qui décide? Les parents ou le jeune?

 
 

Dès ce lundi 14 juin, la Wallonie va envoyer les invitations à la vaccination à tous les 16-17 ans. Cela concerne 84.000 jeunes qui pourront demander à se faire injecter le vaccin Pfizer.

"J’ai bien envie de faire le vaccin, il n’y a pas de problème. On veut retrouver la vie d’avant… pouvoir enfin penser à autre chose que le covid"… Ce sont les mots d’une adolescente qui sera bientôt invitée à se faire vacciner. Même si l'autorisation parentale en tant que telle n'est pas requise, certains jeunes discuteront avec leurs proches de l'opportunité de se faire vacciner: "Ma maman est plus pour, mon papa n'est pas trop chaud mais je pense qu'ils vont me laisser prendre la décision, on va encore en reparler", témoigne une jeune. Une autre ado de 17 ans lance: "On sait prendre des décisions par nous-même mais je pense quand même qu'on sera influencé par le choix de nos parents".

Comme elles, 84.000 jeunes Wallons de 16 et 17 ans vont commencer à recevoir leur invitation. Le sérum Pfizer est le seul jusqu'à présent à avoir reçu l'approbation de l'Agence européenne des Médicaments (EMA) pour cette tranche d'âge. Au début de 2021, les stagiaires de 16-17 ans en formation dans des maisons de repos avaient déjà pu bénéficier de ce vaccin. Les adolescents de 16 à 17 ans les plus à risque (dits “avec comorbidité”) se feront vacciner en priorité.

Les gens pas vaccinés doivent se faire tester. Je trouve cela un peu injuste 

En vertu de la loi sur les droits des patients, ces jeunes sont autorisés à décider eux-mêmes de se faire vacciner. Le consentement des parents n'est pas nécessaire car, dans cette tranche d’âge, on reconnaît à l'adolescent la "majorité médicale", dit le communiqué des ministres de la Santé, même si cette notion n'existe pas en droit. Le jeune est en fait considéré comme capable de prendre cette décision lui-même.

"Ce qui me bloque un peu, c’est le côté on est ‘un peu obligé’ de le faire, parce que les gens pas vaccinés doivent se faire tester. Je trouve cela un peu injuste mais comme j’ai quand même envie de pouvoir voyager librement cet été je vais sûrement quand le même faire", réagit une autre jeune.

"Je pense que je vais le faire, pas pour moi, mais parce que le vaccin protège. Il y a beaucoup moins de chance de l’avoir et de le transmettre aux plus vulnérables", dit un jeune homme.

La vaccination des enfants de moins de 16 ans n'est pas encore envisagée. Des analyses scientifiques et éthiques complémentaires sont nécessaires.


 




 

Vos commentaires