En ce moment
 
 

Piotr Tolstoï, proche de Poutine: "On a vu l'OTAN s'approcher de plus en plus de nos frontières"

 
UKRAINE
 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est félicité samedi d'une approche "fondamentalement différente" de Moscou dans ses récents pourparlers avec Kiev, soulignant que la Russie ne se contentait plus de "juste poser des ultimatums".

Interrogé sur des déclarations vendredi du président russe Vladimir Poutine, qui avait évoqué des "avancées" dans les pourparlers russo-ukrainiens, le président ukrainien s'est dit "content d'avoir un signal de la Russie", lors d'une conférence de presse à Kiev diffusée sur le compte Telegram de la présidence ukrainienne.

La paix est-elle possible? La question a été posée à  Piotr Tolstoï, proche de Vladimir Poutine, dans C'est pas tous les jours dimanche. Selon le vice-président de la Douma, la chambre basse du parlement en Russie, un cessez-le-feu n'est pas possible dans les jours qui viennent, "car les garanties de sécurité et le dialogue sur la sécurité de la Russie doivent être organisés avec la participation des Etats-Unis et de l'Union européenne".

"Pour l'instant, on voit que l'Union européenne a déclenché une guerre économique contre la Russie avec des sanctions illégitimes et des embargos", dit le vice-président de la Douma, la chambre basse du parlement en Russie.

Piotr Tolstoï affirme qu'il y a "une absence de compréhension". "J'espère que tôt ou tard, à la frontière russo-polonaise, on aura l'occasion de discuter des garanties de sécurité et de la nouvelle architecture de la sécurité en Europe en général. Mais pour ça, il faut la volonté de l'Europe qui depuis 2014 a essayé de bâtir une anti-Russie en Ukraine".

Il poursuit par ces mots: "A partir du moment où l'Europe va comprendre la nécessité du dialogue, on va parler de notre future architecture de sécurité et notre future vie avec les Européens. On a attendu près de 30 ans et cela suffit. On a vu l'OTAN s'approcher de plus en plus de nos frontières. L'opération militaire en Ukraine, c'est la même chose que ce que l'Europe a fait avec la Yougoslavie, quand l'OTAN a fait une agression contre la Yougoslavie".

"Je suis profondément choqué"


Les propos de Piotr Tolstoï ont fait réagir Georges Dallemagne, présent sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche. "Je suis profondément choqué et heurté par la violence et la brutalité de ses propos et par le fait qu'il s'agit de contre-vérités absolues", a répondu le député fédéral et membre de la commission des relations extérieures de la Chambre. "L'Ukraine n'a jamais posé un problème de sécurité à la Russie. L'Ukraine n'a jamais agressé la Russie. L'Ukraine (une partie) a été envahie par la Russie en 2014 et elle est envahie aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Georges Dallemagne revient d'une mission humanitaire en Ukraine. Il affirme que l'armée russe bombarde des populations civiles. "J'ai été à Lviv et j'ai vu la terreur et l'épouvante dans ces populations qui affluaient de toute l'Ukraine. Ils nous disaient qu'ils étaient bombardés intentionnellement, eux, des civils, des vieillards, des femmes, des hommes, par l'armée de Poutine. J'espère qu'il paiera un jour pour ses crimes."

Pour Georges Dallemagne, Piotr Tolstoï "salit le nom de son arrière-grand-père ( NDLR: l'écrivain Léon Tolstoï) qui avait fait avancer l'humanité". 


 

Vos commentaires