En ce moment
 
 

Les pharmaciens peuvent vendre un composant du cannabis: "C’est une fausse bonne nouvelle"

Sur ordonnance médicale, tous les pharmaciens du pays, peuvent désormais vendre du Cannabidiol. C'est un dérivé du cannabis. Il n'a pas d'effet stupéfiant, mais plutôt des vertus relaxantes. Le produit peut servir notamment d'antidouleur pour l’épilepsie et la sclérose en plaques. Aucun remboursement n'est prévu pour l'instant par l'assurance maladie.

Prescrire du Cannabidiol (CBD) à ses patients, le docteur Dominique Lossignol est pour. Aujourd’hui, c’est enfin possible, mais dans la pratique, le médecin s’interroge sur l’accessibilité de cette substance en pharmacie.

"Le CBD sera disponible en pharmacie, mais à un prix qui dépasse l’entendement, qui est prohibitif, et qui ne va pas du tout régler le problème de son utilisation dans d’autres circuits et empêcher le marché noir. C’est une fausse bonne nouvelle", explique Dominique Lossignol, le chef du service de soins supportifs à l’Institut Bordet.

Pour le médecin, une chose est certaine, ce composant du cannabis a fait ses preuves dans le traitement de la douleur. "Pour les problèmes de nausée, de trouble de l’appétit, du sommeil…c’est une molécule qui peut avoir un intérêt thérapeutique, comme d’autres. Je n’ai pas dit que ça devra remplacer les autres médicaments. Mais l’intérêt du CBD, c’est que son efficacité est associée à une très faible voire une absence de toxicité", précise Dominique Lossignol.

L’agence fédérale des médicaments et des produits de santé autorise aujourd’hui l’utilisation du Cannabidiol, mais uniquement s’il contient une dose très limitée de tétrahydrocannabinol (THC), qui lui a des effets psychotropes.

"Aujourd’hui avec la circulaire, l’agence a défini la quantité maximale à 0,005%, afin qu’il n’y ait pas d’effet sur le patient", indique Ann Eeckhout, la porte-parole de l’agence fédérale des médicaments.

Le pharmacien pourra transformer la matière première en huile, en pilule ou en pommade.

Vos commentaires