En ce moment
 

La fin de la précarité étudiante doit passer par un changement de mentalité

(Belga) La Ligue de l'enseignement et de l'éducation permanente dresse un état des lieux de la précarité étudiante dans une étude publiée mercredi. Insuffisance des ressources familiales, enseignement sous-financé, CPAS de plus en plus sollicités, ... les constats de l'ASBL mettent en lumière une pauvreté étudiante qui, en raison de l'allongement des études ou d'aides sociales insuffisantes notamment, impactent la réussite scolaire.

La précarité étudiante gagne du terrain et a des conséquences sur l'accès et la réussite scolaire, constate la Ligue dans son étude. Le CPAS devient notamment le dernier filet de sécurité avec, en 2016, 27.133 étudiants qui y ont fait appel pour financer leurs études, soit 7,5 fois de plus qu'en 2002. La paupérisation des familles, due à l'augmentation des coûts de la vie et principalement des logements, combinée à une crise de l'emploi, rend également difficile l'accès aux études supérieures, explique la Ligue. En outre, le montant des bourses et leur nombre sont insuffisants pour répondre à la quantité de demandes en Fédération Wallonie-Bruxelles, soulève l'association. Cette dernière pointe aussi du doigt les mesures d'exclusions du chômage: depuis 2015, les allocations d'insertion ne sont plus octroyées aux jeunes de 25 ans et ceux âgés de moins de 21 ans doivent avoir obtenu leur diplôme de secondaire pour y prétendre. En conséquence, le jeune considère parfois, lorsqu'il a doublé ou qu'il "galère", qu'il vaut mieux arrêter ses études et s'inscrire au chômage plutôt que de risquer de perdre ce droit, relève la Ligue. Par ailleurs, le coût et la longueur des études limitent le choix des étudiants "plus modestes", déplore l'association. La question du logement est également primordiale. Payer un kot n'est pas envisageable pour certaines familles à faible revenus et l'offre restreinte de logements publics force à se diriger vers le privé, sans encadrement des loyers. Les étudiants "doivent se prendre en main, faire des études pour être qualifiés et trouver rapidement un emploi et, enfin, s'intégrer dans la société. (...) Comment peuvent-ils y parvenir avec autant d'obstacles dressés devant eux? ", s'interroge l'association. Pour la Ligue, sortir l'étudiant de la précarité doit passer par "de grands changements, à commencer par un changement de mentalité". (Belga)

Vos commentaires