Un musée des selfies voit le jour à Los Angeles et on y découvre des statistiques délirantes sur... les femmes (vidéo)

Un musée des selfies voit le jour à Los Angeles et on y découvre des statistiques délirantes sur... les femmes

Prendre un selfie, c'est tout un art: il faut choisir le bon angle, effacer le bout de bras péniblement tendu pour rendre au mieux l'ovale du visage, lever le menton et surtout, sourire. Pas si surprenant donc que cette fièvre de l'autoportrait à l'ère des réseaux sociaux ait désormais son musée à Los Angeles, aux Etats-Unis.

Statues imitant le célèbre "David" de Michel-Ange avec un smartphone rose à la main, trône fabriqué en perches à selfie mais aussi consignes de sécurité du gouvernement russe diffusées après plusieurs accidents mortels ou encore l'autoportrait pris par un singe avec l'appareil du photographe David Slater: avec leur exposition, les fondateurs du musée veulent démontrer que ces "égoportraits" sont bien plus qu'une simple photo.

Et dans leur musée, inauguré dimanche à Glendale, en banlieue de Los Angeles (USA), l'autoportrait est bien entendu (presque) obligatoire.

Ouvert pour deux mois, le Musée des Selfies pourrait prolonger son existence à Los Angeles si l'occasion se présente, d'après ses fondateurs qui se disent aussi prêts à faire voyager l'exposition à travers les Etats-Unis, voire le monde.

On y découvre aussi des statistiques liées à cette tendance, comme le fait que les femmes sont plus promptes à se tirer le portrait que les hommes: ainsi à Sao Paulo, 65,4% des selfies sont pris par des femmes et 61,6% à New York. Un pourcentage qui explose à Moscou, avec 82%.

Il n'y a pas de statistiques concernant Los Angeles, mais Ally Bertik, une visiteuse de ce musée, admet être accro. "C'est l'occasion de dire aux gens 'Coucou, je suis à cet endroit, peut-être que vous devriez y aller aussi'. C'est juste une façon amusante de dire ce que je fais, de montrer aux gens où je suis", explique-t-elle. "Ca montre mon bon côté".

Vos commentaires