Accueil Actu Belgique Société

Près d'un millier de policiers mobilisés pour le "week-end sans alcool ni drogue au volant": "Pas mal de conducteurs n'ont pas encore compris le message"

La police fédérale a lancé vendredi après-midi à Châtelet le "week-end sans alcool ni drogue au volant", une opération qu'elle mène sur tout le territoire belge, avec la collaboration de différentes zones de police, de vendredi à dimanche.

La police fédérale organise ce genre d'opérations plusieurs fois sur l'année. Ces dernières se font dans un cadre préventif avec l'objectif de rappeler l'importance d'une conduite sans alcool, a indiqué Grégory Blaise, commissaire au sein de la police fédérale de la route.

En seulement deux heures, plus de 350 véhicules ont été contrôlés à Châtelet. Les automobilistes sont d'abord soumis à un test de détection. "Tous les véhicules qui se présentent au niveau du contrôle sont contrôlés pour l'alcoolémie. Et les véhicules qui sont évidemment positifs, le contrôle sera poussé plus en avant. Mais on contrôle aussi d'autres éléments du véhicule, tels que les permis de conduire ou les matriculations", détaille le commissaire.

Selon ce dernier, les contrôles effectués peuvent toutefois donner lieu à un travail de répression avec des poursuites et des amendes à la clé pour les conducteurs pris en défaut.

Durant tout ce week-end, 900 policiers sont mobilisés sur 400 endroits de contrôle. "La communication sur le fait qu'on fasse de grosses actions à des moments différents, à des heures différentes, ça sert aussi aux gens à leur éviter de prendre le volant en ayant consommé, pour viser à terme le zéro mort sur les routes", justifie Grégory Blaise.

Les contrôles qui auront lieu ce week-end s'inscrivent dans le cadre de la campagne estivale de ces opérations. Durant cette période de l'année, la multiplication des festivités a tendance à rendre le comportement de certains automobilistes plus problématique.

"Rien que ce week-end sur Charleroi, il y a la Brocante des quais, l'Euro de football et les fêtes de la musique", a indiqué à cet égard Grégory Blaise.

Chaque année, on dénombre plus de 4000 accidents impliquant un conducteur sous influence d'alcool. "Ça représente 11 par jour, donc c'est vraiment beaucoup. Les choses vont mieux parce que c'est une diminution de 10% par rapport à il y a 10 ans, mais on voit quand même qu'il y a encore pas mal de conducteurs qui n'ont pas encore compris le message", regrette-t-il.

Lors de la précédente campagne estivale, en juin 2023, près de 28.000 conducteurs ont été contrôlés, dont 2,29% ont dépassé la limite d'alcoolémie autorisée.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • On devrait faire "ni alcool, ni drogue ni GSM " ! Et aussi : "ni oubli de clignotant, ni non-respect de priorité dans les ronds-points, ni passage à l'orange, ni centrisme sur autoroute". On ne contrôle que ce qui est facile, ce qui rapporte à l'Etat, mais ce qui nous met réellement en danger, on n'a pas les moyens de le contrôler. C'est facile de tout mettre sur le compte de la vitesse et de l'alcool.

    roger rabbit
     Répondre