Accueil Actu Magazine Santé

Maladie, propreté, langage: comment comprendre les tout-petits "quand ils ne font que manger et dormir"?

Dans le vidéocast Capital santé, Caroline Fontenoy s’intéresse à tout ce qui touche à notre santé. Et cette semaine, elle se demande comment comprendre nos tout-petits avec Barbara Abramowicz, pédiatre à la clinique Gabrielle à Uccle.

Cela peut être un peu stressant d’être responsable d’un petit être qui semble si fragile. A quoi faut-il être attentif durant les premières semaines de vie ? En gros, quand ils ne font que manger et dormir. La pédiatre Barbara Abramowicz nous éclaire dans le vidéocast Capital santé.

Ce qu’il faut rappeler avant tout aux parents, c’est qu’on n’est pas né parent. On n’est pas allé à l'université pour être parent, on n'apprend pas à être parent. On devient parent, on décide de faire un enfant. On peut lire tout ce qu'on veut avant, après. Il y a une chose que les parents doivent savoir, c'est que vous allez apprendre avec votre enfant, c'est à dire que vous devez absolument, et ce n'est pas facile dans la société d'aujourd'hui, trier ce qui est bon, les mauvais conseils, les vrais conseils, les faux conseils. Il faut en fait faire un grand tri dans toutes les informations que vous recevez. Et il faut surtout et ça, on en parle très peu dans les médias, dans les livres, vous faire confiance. Il faut que les parents se fassent confiance et essaient de retrouver quelque chose que nous avons tous en nous, tous les êtres humains, c'est l'instinct. C'est à dire que votre enfant, il va tout vous dire. Si vous savez l'observer, l'écouter et le comprendre, ça va prendre du temps. Parce que bien évidemment, vous restez deux jours à la maternité. On vous renvoie à la maison. Mais sachez que vous avez tout en vous pour détecter ce qui va être grave, ce qui ne va pas être grave, parce qu'il y a des choses que les parents ressentent, que les médecins ne peuvent pas directement sentir, avance la pédiatre.

Il faut aussi faire confiance à son enfant et à ses capacités. Ce n’est pas les parents qui apprennent aux enfants à être propre, c'est l'enfant qui décide quand il le sera. C'est l'enfant qui décide quand il est capable de marcher. On n'apprend pas un enfant à marcher, on n’apprend pas à un enfant à parler. c'est lui. On lui donne plein d'informations, on lui montre, on lui fait des exercices, mais à un moment, c'est l'enfant. Et donc il faut faire confiance aux enfants dans leurs capacités. Et par le même titre, les parents doivent avoir confiance dans leurs capacités qui ne sont pas spécialement dues à tout ce qu'ils ont lu, à leur métier, à leur sensibilité, au fait qu'ils soient comme-ci ou comme-ça. Et posez-vous de simples questions : est-ce que mon enfant a l'air malade ? Etc.

Voici les trois points à retenir :

  • Il faut se faire confiance en tant que parent et écouter son instinct.
  • En dessous de trois mois, quand le bébé a beaucoup de fièvre ou gémit ou n’est vraiment pas bien, il ne faut pas attendre, il faut téléphoner à son pédiatre ou aller aux urgences.
  • Les "terrible two", vers deux ans, les enfants peuvent un peu "tester" les limites de leurs parents et il est important d'en mettre.
     

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • "on n’apprend pas à un enfant à parler" Bah si, on lui apprend par l'exemple et la répétition. On parle normalement à l'enfant, en articulant bien, en répétant plusieurs fois et en le félicitant quand il essaie. Certains ont tellement peur du mot "apprentissage" qu'ils ne veulent plus l'utiliser, même quand ça correspond parfaitement. Car oui, montrer l'exemple, c'est de l'apprentissage!

    Thierry Frayer
     Répondre