Accueil Actu Régions Bruxelles

Policier tué à Schaerbeek: ce que l'on sait de l'assaillant

Les faits 

Une patrouille de la zone de police Bruxelles-Nord a été attaquée par un individu armé d'un couteau, jeudi soir vers 19h15, rue d'Aerschot à Schaerbeek. D'autres policiers sont venus en renfort et ont tiré sur l'assaillant afin de le maîtriser. Les deux policiers et l'auteur, blessés, ont été emmenés à l'hôpital. L'un des policiers, qui a été touché au cou, est entre-temps décédé des suites de ses blessures.

Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral, a apporté des détails ce matin: "Un homme armé d'un couteau a attaqué un véhicule de police arrêté à un feu rouge. Avec ce couteau, l'individu a porté un coup à la gorge du conducteur. Il s'est ensuite déplacé rapidement côté passager à qui il a porté également un coup de couteau.  Ce policier a pu appeler les secours via sa radio en précisant que leur agresseur avait crié 'Allah Akbar'." Le suspect a été intercepté dans sa fuite et privé de liberté par une seconde patrouille. L'agresseur a été blessé par balle. "Le conducteur de la voiture de police, Thomas.M (29 ans) a été emmené à l'hôpital où il est décédé. Son collègue, Jason.P, (23 ans) a été admis aux urgences. Il a été opéré cette nuit. Ses jours ne semblent plus en danger."

Profil

L'homme qui a poignardé deux policiers à Schaerbeek jeudi soir est un dénommé Yassine M., a indiqué ce matin le parquet fédéral. C'est un habitant d'Evere, né à Bruxelles. ll est âgé de 32 ans. Il était déjà connu des services de police pour des faits de droit commun et se trouvait sur liste de l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace (OCAM). Il avait déjà été incarcéré de 2013 à 2019. Dès 2015, il a été signalé comme radicalisé et avait été transféré dans une ailé spécialisée de la prison d'Ittre. Il avait attaqué un gardien dans cette même prison. Il était motivé par "des croyances religieuses extrémistes".  

L'enquête 

On apprend ce vendredi matin que l'assaillant est connu des services de police et de renseignement belge. Cet homme d'une trentaine d'années est repris dans la "base de données commune" ce que l'on appelle généralement la liste "OCAM" (Organe de coordination pour l'analyse de la menace). Il fait partie des "extrémistes potentiellement violents". Cela signifie que cet homme à des conceptions extrémistes et qu'il a l'intention de recourir à la violence, mais sans pour autant avoir entrepris des démarches concrètes, avant hier soir. Le fait d'être fiché dans cette base de données ne signifie pas qu'une équipe de policiers suit en permanence chaque individu, mais ces individus doivent faire l'objet d'une attention particulière.

Le fait d'être repris dans cette base de données signifie que des informations non-classifiées étaient échangées à propos de cet homme et qu'il devait être suivi en priorité. 

Par ailleurs, l'assaillant s'était rendu le matin des faits au commissariat d'Evere. Il avait expliqué son intention de commettre un attentat contre des policiers. L'homme a été emmené à l'hôpital avant d'être relâché. L'attaque contre les deux policiers est intervenue quelques heures plus tard. (> En savoir plus).

Le dossier a été confié au parquet fédéral en raison de la nature possiblement terroriste de l'attaque.

À la une

Sélectionné pour vous