Accueil Actu Vos témoignages

"Cela m'a valu 7 points de suture": Nicolas, éboueur, pousse un coup de gueule contre un des dangers de sa profession

Via le bouton orange Alertez-nous, Nicolas (prénom d'emprunt) témoigne d'une blessure à la jambe causée par du verre déposé dans un sac poubelle. Un fait qui n'est malheureusement pas isolé pour les éboueurs. Quelles solutions peuvent exister pour éviter cela ?

Cela devait être une journée de travail ordinaire pour Nicolas. Malheureusement, un mauvais tri dans un sac-poubelle va lui causer une sérieuse blessure à la jambe. "Cela m'a valu 7 points de suture", nous a-t-il confié. "J'ai dû quitter mon travail ce jour-là et j'ai été à l'hôpital".

Selon lui, les gens ne portent pas assez attention à ce qu'ils mettent dans leurs sacs et ne se soucient pas des dégâts que cela peut causer auprès des éboueurs.

C'est très régulier, il faut conscientiser les gens

Malheureusement, c'est un risque courant dans ce métier et Nicolas n'est pas le premier à qui cela arrive. Pour lui, certains habitants ne réalisent pas le danger qu'ils engendrent en ne triant pas correctement leurs déchets. "C'est très régulier, il faut conscientiser les gens", témoigne l'éboueur.


©RTL Info

De plus, les débris de verre présents dans les sacs sont difficilement visibles, ce qui augmente donc le risque de blessures comme celle de Nicolas. "On ne les voit pas. C'est quand on jette dans la benne qu'on entend le bruit du verre", précise-t-il.

Sensibiliser la population

Nous avons contacté la chargée de communication de l'intercommunale d'Ipalle (Intercommunale de gestion de l'environnement active en Wallonie picarde et dans le Sud-Hainaut) qui sous-traite cette zone à la société Véolia pour laquelle Nicolas travaille. Elle nous explique qu'il y a "des règles à respecter avant de déposer son sac à la collecte". "Si une personne ne peut pas aller jeter son verre à la déchetterie, on lui demande de l'emballer pour au moins protéger le transporteur", explique-t-elle.

Notre objectif c'est le zéro accident 

Heureusement, la société Véolia est en communication constante avec l'intercommunale. "Pour les accidents de ce type-là, Véolia nous contacte pour nous tenir informer de ce qu'il se passe", précise la chargée de communication.

Soucieuse de la sécurité de ses employés, l'intercommunale est claire dans ses intentions : "Notre objectif, c'est le zéro accident". Concernant les bennes à verre ou les infrastructures pour assurer le bon tri, elle explique : "On met le maximum de moyens en place pour que la population puisse correctement trier ses déchets".

Heureusement, dans la zone couverte par Ipalle, soit une trentaine de communes en Wallonie, "un accident comme celui-là arrive plus ou moins 2 fois par an".

Un acte punissable

Bien évidemment, le fait de ne pas bien trier et par conséquent entraîner une blessure chez un transporteur peut se retourner contre l'habitant. "En cas d'accident, la personne s'expose à des poursuites", signale la chargée de communication.

Mais avant cela, la société Ipalle s'assure de d'abord sensibiliser les habitants aux problèmes qu'ils risquent. "Systématiquement, on va chercher à retrouver le propriétaire du sac pour lui envoyer un courrier de sensibilisation". Enfin, l'impact environnemental est également un facteur à ne pas négliger. "Il y a l'aspect sécurité mais aussi environnemental. Le verre peut être recyclé" conclut-elle.

À la une

Sélectionné pour vous