En ce moment
 
 

Il est né il y a 400 ans: pourquoi parle-t-on du français comme de la langue de Molière?

Il est né il y a 400 ans: pourquoi parle-t-on du français comme de la langue de Molière?
© RTL INFO
 
 

Le dramaturge et comédien Molière est né il y a 400 ans. Aujourd'hui, nous nous posons cette question : pourquoi parle-t-on du français comme de la langue de Molière ?

La Comédie Français, à Paris, est surnommée la maison de Molière. Créée 7 ans après sa mort, elle reste hantée par la figure du célèbre dramaturge. Dans l'escalier d'honneur apparaît un buste qui, paraît-il, porte chance aux comédiens qui le touchent. De Molière, il ne reste quasiment aucun objet, sauf une relique vénérée, le fauteuil dans lequel Jean-Baptiste Poquelin a agonisé durant la représentation du "Malade Imaginaire". La légende dit que Molière mourut sur scène... mais ce n'est pas tout à fait le cas, selon l'archiviste de la célèbre institution Agathe Sanjuan. "Il a été pris d'un malaise sur scène tandis qu'il jouait le rôle d'Argan dans "Le Maladie Imaginaire", mais il est mort chez lui, rue Richelieu, dans sa maison."

En 15 ans, Molière a écrit 32 pièces et dépeint autant de personnages qui reflètent ses contemporains. Il secoue la société avec la justesse du phrasé et l'élégance des mots. On parle désormais de la langue de Molière, comme on évoque celle de Shakespeare. "Sa langue est belle pour différentes choses, explique Carmela Giusto, artiste et docteure en lettre. Déjà parce qu'elle naît dans une société bien précise, une société qui cherche le raffinement, une société de salon, de préciosité, les femmes qui, à défaut de pouvoir parler en société, ouvrent leur salon vous parler dans une recherche d'élégance nouvelle. Il y a une recherche formelle qui atteint son apogée à ce moment-là."

Moderne, universel, Molière était un génie du théâtre français explorateur de l'âme humaine. Durant toute cette année, des activités, des colloques et des pièces sont prévues en France, en Suisse et en Belgique pour célébrer son 400ème anniversaire.


 

Vos commentaires