En ce moment
 

Britney Spears sous tutelle: son père sort du silence et s’attaque aux "conspirationnistes"

Britney Spears sous tutelle: son père sort du silence et s’attaque aux
©ISOPIX
 

Le père de Britney Spears, Jamie Spears, accusé par les fans de la chanteuse de tirer avantage de sa fortune en la gardant sous tutelle, se défend. Il accuse les fans de "conspirationnistes" et rappelle qu'il s'agit d'une affaire privée.

La chanteuse Britney Spears, sous tutelle de son père depuis 2008, a toujours reçu le soutien d’un certain nombre de fans. Ces dernières semaines, ils se sont particulièrement engagés pour contester cette mise sous tutelle, qui avait été décidée en raison des troubles mentaux de Britney Spears. Pour faire part de leur mécontentement, ils se sont organisés autour du slogan #FreeBritney (signifiant "Libérez Britney"). Certains accusent la famille et surtout le père de tirer un avantage financier de la situation en gardant une main mise sur la fortune de la star, estimée à 59 millions de dollars par Business Insider.

Silencieux depuis le début de l’affaire, Jamie Spears, le père de Britney, est désormais sorti du silence en accordant une interview au média Page Six. Il s’attaque aux "conspirationnistes qui ne savent rien". "Le monde n’a aucune idée de ce qui se passe. C’est à la justice californienne de décider ce qu’il y a de mieux pour ma fille, et à personne d’autre", rajoute le père de la star.

Jusqu’en 2019, Jamie Spears était le gestionnaire de cette tutelle. D’après les informations de TMZ, il devait majoritairement contrôler les dépenses de la chanteuse. Pour des raisons de santé, il est finalement remplacé par la manageuse de Britney, Jodi Montgomery. Une gestion qui n’est pas de tout repos, comme le rappelle Jamie Spears. "Je dois rendre compte au tribunal de chaque centime que je dépense chaque année. Comment diable pourrais-je voler quoi que ce soit ? J’aime ma fille. J’aime tous mes enfants. Mais ce sont nos affaires, c’est privé", raconte-t-il.

Il regrette également les méthodes utilisées par les fans, qui mettent en place des comptes sur les réseaux sociaux pour dénoncer la tutelle. "Certaines personnes sont harcelées ou font l’objet de menaces de mort. C’est horrible, nous ne voulons pas de ce genre de fans".

La prolongation de cette mise sous tutelle sera décidée par la justice le 19 août prochain.

 

Vos commentaires